La maison du four à pain
Accueil du site > Dans le quartier de l’Hermitage > Journée du Patrimoine 2008

Journée du Patrimoine 2008

vendredi 10 juillet 2009, par Jean-francois Doucet

Un four digne d’intérêt

Après discussion avec Mr Poirier, archéologue à Pontoise remettre à l’honneur le four public de l’Hermitage apparait du plus haut intérêt. Au cours de ces dernières années, 3 autres fours ont, en effet, été découvert à l’Hermitage. Au 26 r Adrien Lemoine, au 28 et au 30 chez des particuliers. Le four public face au Chemin du chou ne fait pas exception. Loin d’être un four où les gens du quartier auraient pu venir cuire leurs denrées ou le pain, il fait partie d’une habitation aujourd’hui disparue. Visible sur une ancienne carte postale, la maison abritant autrefois le four public apparait également sur les tableaux de C. Pissarro et de P. Cézanne.

JPEG - 170 ko
Maison abritant le four public
Sur cette ancienne carte postale, la maison qui abritait le four public (actuel) apparait en arrière-plan ( le premier plan représente les habitations troglodytiques ). Une échelle de meunier est visible le long du mur abritant le four public

L’impressionnisme à l’ Hermitage

Comme on le sait, C. Pissaro et P. Cézanne, amis de longue date, ont peints ensemble à l’Hermitage. Bien souvent, ils plantaient leur chevalet côte à côte, P. Cézanne plus jeune que Pissarro affirmant avoir été fortement influencé par son ancien. [1]

JPEG - 124.3 ko
C. Pissarro. Jardins de Maubuisson, Nàrodni Galerie. Prague.
Au centre du tableau, C. Pissarro a distingué 2 maisons séparées par un passage étroit. Le four à pain se trouvait dans la maison de gauche.

Ainsi, dans les Jardins de Maubuisson - une abbaye située de l’autre coté de l’Oise par rapport à l’Hermitage - les deux peintres ont trouvé des motifs où figure la maison abritant le four aujourd’hui ouvert au public.

JPEG - 103.7 ko
P.Cézanne.-L’Hermitage à Pontoise, Wuppertal, Von der Heydt Museum 1881
Les deux maisons ont été également peintes par P. Cézanne au centre du tableau. A leur droite, le toit rouge pâle est celui de la maison semi-troglodytique encore habitée de nos jours et adjacente au four public.
JPEG - 103.4 ko
C. Pissarro. Paysanne à Maubuisson
De coté, les 2 maisons sont visibles en haut et à gauche du tableau de C. Pissarro.

Face au four, de l’autre coté de la rue, le Chemin du Chou amorce le "Chemin des Peintres" qui mène de Pontoise à Auvers-sur-Oise. Un dessin de C. Pissarro en donne une idée à la fin du XIXème siècle.

JPEG - 231.4 ko
Chemin du Chou
Autrefois Sente d’Auvers, le "Chemin des Peintres " de l’Hermitage à Auvers-sur-oise est dessiné ici par C. Pissarro

Présentation du four au public le samedi 21 septembre 2008

Pour le samedi des Journées du Patrimoine, l’espace était libre pour une présentation du four au public.

JPEG - 246 ko
Sécurisation de la cheminée
Une grille protège de la chute de pierres

Pour des raisons de sécurité, les Services Techniques de la Mairie avaient installé une grille évitant aux pierres de tomber dans la cheminée.

JPEG - 211.4 ko
Le four public de l’Hermitage
Autrefois à l’intérieur d’une habitation, le four se tapit actuellement sous la roche

Sur la photo ci-dessus, en haut et à droite de l’excavation du four, on remarque un petit escalier qui mène dans les jardins en terrasse au niveau de l’ancien chemin avant le creusement en 1878 de la rue du Haut-de-l’Hemitage [2] (actuellement r A Lemoine). Le petit escalier est attenant à une habitation semi-troglodytique encore habitée de nos jours dont la porte sous l’escalier donne sur une cave.

JPEG - 45.9 ko
Four public (Ph. J-G Pannet)
Le four public avec son cendrier et sa voûte
JPEG - 171.1 ko
L’entrée du four public
Sauvé de la destruction lors de l’aménagement du parking, le four public interdit le stationnement pour une Journée du Patrimoine 2008.
JPEG - 156.3 ko
Voûte du four public
Le samedi 21 septembre de petites bougies éclairent la voûte du four pour la visite du public

Tout était donc en place le samedi 21 pour présenter le four au public bien souvent ignorant même de sa présence au carrefour de l’Impressionnisme tel qu’il s’est présenté aux peintres dans un quartier viti-vinicole encore habité par les troglodytes.

JPEG - 142.7 ko
Habitations troglodytiques
Habitations troglodytiques du début du XXème siècle à l’Hermitage
JPEG - 317.3 ko
Pain du Vexin à Croix-pattée
Des pains du Vexin cuits au Château de Villarceaux (Crédits JF Doucet)

Faute de premières chauffes nécessaires pour vaincre l’humidité accumulée par un siècle d’inactivité, le pain n’a pas pu être cuit (cette année) dans le four :

JPEG - 166 ko
J-G Pannet explique la cuisson du pain
Un centaine de visiteurs se sont intéréssés à la cuisson du pain à l’ancienne pendant le dimanche du patrimoine 2008 (Ph.- Pannet)

Mr Pannet se contentait d’expliquer son fonctionnement à la centaine de visiteurs particuliers ou associations intéressés pendant la journée.

JPEG - 213 ko
Groupe de visiteurs devant le Four de l’Hermitage
La présentation du four de l’Hermitage dans un site impressionniste et non loin des demeures autrefois troglodytiques(Ph.-J-G Pannet)

Mr Clair, boulanger avait offert du Pain du Vexin cuit au Chateau de Villarceaux. Lancé il y a quelques années par les agriculteurs du Vexin, le pain est composé de froment de la région (espèce Apache) écrasé aux Moulins de Char et cuits par les boulangers de la région dont le Parc Régional fournissait la liste. Sans être opération commerciale, la présentation du four au public donnait l’occasion aux habitants de l’Hermitage d’économiser -eux aussi- l’énergie. Produit essentiellement dans la région pour la région, le Pain du Vexin n’exige pas d’être transporté sur de longues distances. De plus, sa croûte porte sur le dessus la Croix Pattée, symbole présent dans la région depuis le XIIème siècle.

Bibliographie présentée au visiteur

Jean-francois Doucet - Le progrès s’arrête à l’ Hermitage de Pontoise. Vivre en Val d’Oise N 42 fev 1997 p 50 -53

Jean-francois Doucet - Un four renaît de ses cendres à l’ Hermitage. Vivre en Val d’Oise N 111 Sept-Oct 2008 p 30-31

Jean-francois Doucet - Un rêve remis en état à l’ Hermitage. Vivre en Val d’ Oise N 87 Sept-Oct 2004

Jean-francois Doucet -Ruraux oubliés et troglodytes de l’Hermitage à Pontoise. Mémoires de la Société Histoire et Archéologique Tomme LXXXVI ( 2003-2004) p 301-313.

Mireille Samson - Croix Pattées du Vexin Vivre en Val d ’Oise n 64 Nov 2000 p 46 à 48

Francoise Waro -Adolphe d’Hastrel et Pontoise. Mémoires de la Société Histoire et Archéologique Tomme LXXXIX ( 2007) p 99-136

Bernard Dupaigne - Le Pain Editions La Courille 1970 205 p.

Notes

[1] Dans une lettre du 22 novembre 1895 à son fils Lucien, C Pissarro écrit "Il a paru un article de Mauclair ( sur Cézanne) que je t’envoie. Tu verras comme il est mal renseigné, comme beaucoup de ces critiques n’y comprennent rien. Il ne se doute pas que Cézanne a subi des influences comme nous tous et que cela, en somme, ne retire rien de ses qualites. Il ne savent pas que Cézanne a subi d’abord l’influence de Delacroix, Courbet, Manet,même Legros, comme nous tous ; il a subi mon influence à Pontoise et moi la sienne. Tu te rappelles les sorties de Zola et Béliard à ce propos ; Ils croyaient qu’on inventait la peinture de toutes pièces et que l’on était original quand on ne ressemblait à personne. Ce qu’il y a de curieux, c’est, dans cette exposition de Cézanne chez Vollard, la parente qu’il y a dans certains paysages d’Auvers, Pontoise, avec les miens. Parbleu, nous étions toujours ensemble ; mais ce qu’il y a de certain, chacun gardait la seule chose qui compte, sa"sensation"- Ce serait facile àa démontrer.

[2] Ce nom figure sur l’ancienne carte postale en début d’ article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0