La maison du four à pain
Accueil du site > Dans le quartier de l’Hermitage > Rendez-vous aux Jardins 2015

Rendez-vous aux Jardins 2015

mercredi 17 juin 2015, par Jean-francois Doucet

La promenade au jardin

Eh bien si ! Le thème de cette année, la "promenade au jardin "convenait curieusement bien ! Mais ce sont les jardiniers qui se sont faits envoyer promener dès 9 h le matin !

Les potes-âgés envoyés sur leurs roses

JPEG - 175.6 ko
Rose "à l’ancienne"
Une rose au parfum sans fin

..qui ce matin avaient déclose

JPEG - 127 ko
Rose
JPEG - 9.1 ko
Maison de campagne dite "Maison bourgeoise "
Maison bourgeoise à L’Hermitage, Pontoise (C Pissarro) Huile sur toile, 50 x 65 cm, 1873 , Kunstmuseum, Saint-Gallen (Suisse).

Les enfants se sont faits attendre un quart d’heure académique pour finalement briller par leur absence toute la matinée ! Il y a quelques temps, les apprentis peintres venus d’Australie ou d’Allemagne se seraient excusés du moindre retard. Mais de Marcouville, le potager buissonnier s’éclipsait sans crier gare !

JPEG - 225 ko
Un tableau de salades !
Devant les salades de Maurice, la maison de campagne dite " Maison bourgeoise "

La rumeur se répandait que l’école L. Piette offrait ce matin-là aux enfants d’autres activités plus instructives ! Evidemment, les potes-âgés ne pouvaient pas offrir plus pédagogique que le souvenir du père de l’Impressionnisme. A l’endroit où le peintre avait commencé à célébrer l’Hermitage pour le monde entier, il restait bien les fruits et légumes de saison. Mais valaient-ils le déplacement quand (presque) les mêmes se trouvent en grande surface venant globalement n’importe quand de n’importe où ? Localement, d’ailleurs, l’attente d’une classe était une aubaine : sans même un mot d’absence de leurs parents, les enfants laissaient un repit aux potes-âgés pour se préparer : 1 classe perdue le matin, 2 classes retrouvées dans l’après-midi.

JPEG - 408.6 ko
Maurice se prépare
Sans les enfants de Marcouville, Maurice a le temps de se préparer (JF Doucet)

Tout vient à point qui sait attendre

Les coulisses de l’animalerie travaillaient dans l’ombre pour quand les enfants arriveraient enfin. Les classes primaires avaient fait le chemin à pied pour retrouver les miettes du quartier qui restent du temps du peintre. Ici une maison, là un cheval blanc ou là-bas une petite maison : autant de repères pour comparer les paysages aux éléments des tableaux : tout y est fidèlement indiqué : la saison, l’heure du jour ou même les poireaux cultivés à cet endroit cette année-là.

JPEG - 221.8 ko
Là où C. Pissarro posait son chevalet
Les enfants sont priés de distinguer les saisons sur les 4 tableaux
JPEG - 101.1 ko
Paysage avec le cheval blanc sur un pré, l’Hermitage
C. Pissarro (1872) Huile sur toile -55 x 46 cm

Maurice a pris un temps fou pour placer le cheval blanc devant les arbres sur la toile. Et puis un beau jour, le tableau s’est mis en place : l’animal se trouvait dans une prairie avant que l’endroit ne devienne place Maria Deraismes. Devant lui, la haie d’arbres borde la Ravine de l’Hermitage tout simplement.

JPEG - 83 ko
Petite maison blanche
Vue actuelle dans le cercle gris

Quant à la petite maison un peu seule sur le côteau, elle s’est entourée de toute une ville à l’heure actuelle. Mais elle est parfaitement visible cependant. Entre temps, les enfants s’étaient assis là où le peintre avait posé son chevalet voici près d’un siècle et demi. Ils prêtaient leurs yeux et leurs oreilles à la conférencière qui attirait tant bien que mal leur attention.

JPEG - 293.5 ko

Chaque tableau était une devinette pour trouver la saison : la neige et les arbres sans feuilles indiquent l’hiver. Tôt le matin, le peintre avait dû se lever : seul un rayon de soleil à cette heure peut porter une ombre comme sur le tableau.

JPEG - 109.3 ko
Paysage, effet de neige à l’Hermitage (1874)
Huile sur toile 38,5 x 55,3 cm
JPEG - 270.7 ko
Le tableau comparé au paysage
On peut même découvrir les poireaux cultivés à l’Hermitage et peints par C. Pissarro

De l’hiver, les enfants glissaient facilement vers l’automne : ils savaient que les arbres perdent leurs feuilles à cette saison. Sur les toits, la neige n’est pas encore tombée visiblement. Le titre du tableau ne trompe personne : la neige qui figure dans le titre du tableau est pure liberte artistique. A cette saison, les champs se couvrent de givre. "On est donc en novembre", conclue Maurice.

JPEG - 121.4 ko
L’Hermitage à Pontoise, neige
Huile sur toile, 48,5 x 65 cm, 1874. Museum Folkqwang Essen
JPEG - 143.9 ko
Maisons à l’Hermitage (1879)
Huile sur toile, 22 x 27,5 com (Collection privée)

Les Cordeliers ne font pas faux bond

Heureusement Marcouville n’avait pas fait école ! Sur la liste, les Cordeliers honoraient leurs engagements vraiment. Non seulement les enfants avaient encore quelque chose à apprendre mais encore pratiquaient l’exactitude. En même temps que l’Impressionnisme, la politesse des rois leur était inculquée. Pas étonnant que les jardiniers leur fassent une fleur.

JPEG - 293 ko
Campanule

Gentil coquelicots Mesdames devenu enfant de choeur

A la vue des coquelicots, la conférencière retombait en enfance : elle faisait de la corolle rouge une soutanelle d’enfant de choeur. Les étamines hérissaient la capsule de cheveux ébouriffés. Les enfants étaient ravis d’avoir appris une astuce à leur portée avant de replonger dans le passé de la peinture.

JPEG - 176.2 ko
Coquelicot (Papaver rhoeas)
La capsule constitue le corps d’un enfant de choeur si l’on rabat les pétales rouges en forme de soutanelle
JPEG - 280.4 ko
Enfant de choeur
La corolle rouge du pavot est la soutanelle d’un enfant de choeur
JPEG - 74.2 ko
Enfant de choeur

Une animalerie pas si bête ...

L’animalerie, après la naissance de 5 petits paons reprenait son train train quotidien : de la paille pour les chèvres-naines et leur bassine de granulé. Quant à Kima lama, il retrouvait pendant les journées des Rendez-vous aux Jardins ses visiteurs enfants d’où il était avant d’élire domicile à l’Hermitage.

JPEG - 251.6 ko
Une brouette (presque) brevetée
Spécialement étudiée pour apporter leur foin aux chèvres
JPEG - 286.6 ko
De la paille pour les chèvres
Comme chaque matin, les chèvres recoivent leur foin
JPEG - 207.5 ko
La femelle de Léo en cours de couvaison
La fin de la couvaison (28 à 30 jours) coïncidait avec les Rendez-vous au Jardin.
JPEG - 5.1 Mo
Paon (Pavo cristatus)
Les yeux visibles sur les plumes du paon mâle sont, selon la légende, les yeux d’Argos transférés par Héra sur son animal préféré. Le paon mâle monte la garde pendant la couvaison
JPEG - 207.4 ko
Paonne et ses 5 petits
Les petits paons sont nés quelques jours avant les Rendez-vous au Jardin
JPEG - 422.8 ko
JPEG - 305.8 ko
JPEG - 241.4 ko
Autant que C. Pissarro, le lama attire les enfants
JPEG - 275.5 ko
Ecole de plein air
JPEG - 176.4 ko
C. Pissarro : le jeune et le vieux
JPEG - 217.9 ko
Le temps des cerises est revenu

La canicule n’était pas prévue au programme naturellement. Mais la maîtresse saisissait l’occasion d’y faire face. La pompe une fois amorcée, offrait aux enfants un raffraîchissement improvisé. A la queue leu leu, chacun recevait de l’eau plein la casquette.

JPEG - 305.6 ko
La maîtresse offre un raffraîchissement
JPEG - 322.6 ko
L’eau courante pour tous
JPEG - 297.8 ko
Raffraîchissement à l’ombre
JPEG - 221.6 ko
Sur la terrasse d’Ania
Mme About et Gaby

Jardin d’hortensias

Tout en longueur, "Le Jardin d’hortensia" s’allonge sur la hauteur de la rue Maria Deraismes à la Sente des Grattes-coqs. A mi-côte de l’éperon rocheux de l’Hermitage, des traces troglodytiques abritent de vieilles caves.

JPEG - 333.9 ko
Une ruelle très étroite
JPEG - 154.9 ko
Pot fleuri
JPEG - 335.5 ko
Arum dans un coin fleuri
JPEG - 250.2 ko
Une brouette à l’ancienne
JPEG - 371.2 ko
Jusqu’à la sente des Gratte-coqs
JPEG - 291.4 ko
Traces trolgodytiques
JPEG - 502.8 ko
Vue plongeante sur le fond de l’Hermitage

Jardin de la côte du Jallais

Comme de nombreuses maisons de coin de l’Hermitage, les parcelles escarpées ont tenté des peintres comme C. Pissarro au point de poser son chevalet en été puis un an plus tard en hiver.

JPEG - 138.7 ko
Vue sur la côte des Mathurins, Pontoise
C. Pissarro Huile sur toile, 61 x 73 cm, 1873. Le même motif est également peint un an plus tard par temps de neige.
JPEG - 157.3 ko
Vue de L’Hermitage, côte des Gratte-coqs, Pontoises, Pontoise
Huile sur toile, 70 x 100 cm, 1867 (PDRS 120), Fondation RAU pour le Tiers-monde, Zurich.
JPEG - 380.9 ko
Oeuvre de Joëlle Côme
JPEG - 427.4 ko
Oeuvre de Joëlle Côme
JPEG - 3.7 Mo
Oeuvre de Joëlle Côme

Le Jardin de Florence

JPEG - 216.8 ko
Jardin de Florence
Dans la sente des Toits Rouges, un jardin aux mille recoins
JPEG - 500.2 ko
Chambre photographique
La photographie au collodion en vogue à la fin du XIXème siècle a été utilisée en photogravure ou pour certaines photographies d’art de mode, architecture etc
JPEG - 245.7 ko
Jardin de Florence
Toujours en vacacnes
JPEG - 314.6 ko
Jardin de Florence
Gregory Maloche "Orb-theatre (Tokyo)"
JPEG - 262.4 ko
2 Paysages en Val d’Oise
Gregory Maloche
JPEG - 329.7 ko
3 photographies
Gregory Maloche
JPEG - 402.2 ko
Le rû de l’Hermitage
Le rû de l’Hermitage entre le Jardin de Florence et le Jardin de la rocaille de M. Faregna

Chez Monsieur Faregna

JPEG - 264.8 ko
Chez M. Faregna
JPEG - 253.7 ko
Jardin de la rocaille
17 Sente des Toits Rouge(Crédits M Faregna)
JPEG - 426.4 ko
Sculptures en bois d’arbres de Paris
Isabelle Chandron
JPEG - 225.2 ko
Elephant
Art brut en ferrailles de récupération (Lucien Leuregans)
JPEG - 360.1 ko
Cônes
JPEG - 229.8 ko
Scuplture en bois d’arbres de Paris II
Isabelle Chalandon

Chez Monsieur Bonnel

Grâce à M. Bonnel, l’Hermitage s’ouvre à l’Art brut avec les oeuvres de M. L. Leuregans qui, de toutes pièces, crée des statues en métal sans référence à aucune formation artistique.

JPEG - 261.7 ko
Une allée chez M Bonnel
Les terrasses sont des endroits rêvés d’exposition des oeuvres
JPEG - 486.9 ko
L’homme au tambour
Art brut en ferrailles de récupération (Lucien Leuregans)
JPEG - 414.2 ko
Le Guitariste
Art brut en ferraille de récupération (Lucien Leuregans)
JPEG - 244.8 ko
Sculpture
Art brut en ferraille de récupération (Lucien Leuregans)
JPEG - 278.6 ko
Sculpture
Art brut en ferraille de récupération (Lucien Leuregans)

Toutes ces statues d’art brut bouclent sur une autre oeuvre, le carré de salades de M. Bouresche, sans autre prétention que l’amour du travail bien fait cultivant le souvenir de C. Pissarro à l’endroit même où il a posé son chevalet.

Remerciements [1]

Notes

[1]

Jardin des Toits Rouges - 17, rue Vieille de l’Hermitage

Jardin de rocaille - 19, sente des Toits Rouges

Jardin de Florence - Sente des Toits Rouges

Jardins potagers de l’Hermitage - Animalerie.

Jardin d’hortensias - 30, rue Maria-Deraismes

Jardin de la côte du Jallais - 56, rue Maria Deraismes

Artistes Exposants

Côme, J - oeuvres.

Bertrand, J E - Guitare augmentée (musique).

Chandon, I - Oeuvres en métal, bois, minéral, textile.

Leuregans, L - Oeuvres d’art brut .

Maloche, G - Oeuvres photographiques.

Tardy, G - sculptures.

Bénévoles

Arcival, D.

Bouresche, M.

Doucet, J-f.

Modaine, B.

Pannet, J-G.

Service culturel - Conférencières.

Callandreau, AF. Lefèvre, S. Leroy-Kowalk, S. Martinez, P.

Association Hermitage Pissarro

Faregna M, Président

et tous ceux qui, de près ou de loin, ont contribué au succès de la manifestation.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0