La maison du four à pain
Accueil du site > Dans le quartier de l’Hermitage > Rendez-vous aux Jardins 2017

Rendez-vous aux Jardins 2017

dimanche 18 juin 2017, par Jean-francois Doucet

Le partage dans la nuit des temps

L’eau à fleur de terreau du quartier a attiré des tas de gens très tôt. Comme partout, elle a offert à boire et à manger : là commence le partage improvisé : une fois l’eau découverte à flanc de coteaux, il suffisait de s’installer.

JPEG - 291.4 ko
Comme il y a un demi-siècle
Maraîchage traditionnel au quotidien même par grande chaleur (Crédits JFD)

Se loger n’était pas sorcier du tout : le tuffeau tendre tendait les bras à qui voulait creuser sans trop se fatiguer. En contrebas, la Ravine offrait un endroit rêvé pour laver le linge de toute la famille. Son toit apparait à main droite du tableau. Pour les lavandières, le peintre n’y a pensé qu’au bord de l’Oise. [1].

JPEG - 254.1 ko
C. Pissarro, Un coin de l’Hermitage, Pontoise
Huile sur toile 55 x 65 cm 1878 (PDRS 553), Kunstmuseum, Bâle (Suisse).

Les maisons du fond de la toile avaient leur puits perso. Là, au bout d’une corde, les sceaux se tiraient au quotidien hors les margelles. Des siècles se sont écoulés ainsi sans rien de nouveau à l’horizon. Une pompe à bras à eu finalement raison de ce climat idyllique. Sur le devant de la scène, elle a fait de l’ombre aux puits anciens. Du coup, il se sont cachés complètement oubliés.

JPEG - 295.8 ko
La pompe aspirante et refoulante
M. Bouresche explique sa pratique du jardinage (Crédits JF Doucet)

Dire que, grâce à elle, le quartier a prospéré serait exagéré. Mais elle a contribué à satisfaire ses besoins élémentaires. En tous cas, elle mettait du beurre dans les chaumières. Bêtes et gens restant précaires cependant, partager était une habitude à prendre. Un panier de légumes en bord de sente s’adressait au voisin moins chanceux cette année. Un donné pour un rendu, l’année prochaine serait à charge de revanche. Sans mot dire, chacun faisait, un clin d’œil de bon voisinage. Sans maudire. le hameau partageait ce qu’il n’avait pas. En toute saison, les besoins étaient juste couverts pour peu que le gâchis soit strictement interdit.

JPEG - 48.2 ko
Mme "Suzanne" Aubert, hermitagienne
La fille de Mme Aubert qui se faisait appeler Suzanne récupérait le sang des lapins pour éviter tout gâchis devant sa fille effrayée.

Le pain quotidien ne se jetait pas surtout. Il devenait pain-perdu pour les grandes occasions. C’est dire que voler une poule ou un lapin était se mettre mal avec les gens du coin. La disette apparaissait alors dans la presse locale.

JPEG - 95.4 ko
le vol d’un lapin dans le journal
La rue du Haut-de-l’Hermitage s’appelle actuellement la rue A Le Moine. Echo Pontoisien du 9 Octobre 1941

Partager ce qu’on a pas

Même en plein rationnement, vous pouviez arriver chez l’habitant sans crier gare : à midi tapant, le couvert était mis pour toute une tablée. L’invité se trouvait bien nez à nez dans son assiette propre. Ensuite, il restait quelques miettes à se mettre sous la dent. De toutes les manières, le compte était bon. Rien ne manquait en fait : le voisin avait ce qu’il fallait en cas de force majeure. Et sur le temps, le prêt à gage devenait un don pur et simple. Du matin au soir, les villageois restaient naturels sans forcer : pour eux vivre c’était donner, recevoir et rendre sans complication aucune. La sagesse de chacun ne donnait pas outre mesure pour n’obliger personne. Et comme les besoins étaient tout juste couverts, dépasser les bornes ne venait même pas à l’idée. Avant la date, l’Hermitage vivait son autonomie en économie circulaire.

Un savoir-faire empirique en partage

Chacun bornait son terrain : les vaches, dans ces conditions, étaient très bien gardées. Mais pour tous, le bouche-à-oreille désignait les bons plants adaptés. Un semis réussi se savait d’une année sur l’autre. A qui voulait l’entendre, chaque lopin en prenait pour son grade. Telle parcelle donnait à plein dans les poireaux. Telle autre excellait dans les choux. Quant à la vigne, le soleil, là, avait son mot à dire. Le terroir décidait aussi le versant à planter en fruitiers. Passer outre s’était s’exposer à ses risques et périls. Mieux valait ne tenter sa chance que les années sures et certaines.

JPEG - 417.5 ko
Anciens outils de maraîchage
Crédit Pascal Simon

Tout se calcule au plus juste

La pratique aurait pu continuer toute une éternité ainsi. Mais pour gagner du temps, le quartier s’équipait des progrès technologiques. Chacun ayant sa montre désormais, la cloche ne partageait plus les heures avec tout le monde. Seul le vent restait un bien pour tous : une girouette indiquait d’où il venait De cette facon, le quartier ne perdait jamais le nord.

JPEG - 142.3 ko
Savoir d’où vient le vent
Une girouette dans les potagers est une installation commune (Crédits JF Doucet)

Sans perdre le fil non plus, le quartier sautait avril qui ne se découvre pas. Une stations météo venait alors confirmer le dicton devenu désuet.

JPEG - 313.9 ko
Station météo
La station donne la vitesse et la direction du vent, la température, l’hygrométrie

La pluie, même tombant à verse, n’était plus sujet à controverse.

JPEG - 117.9 ko
Pluviometre
Le pluviomètre donne une idée des quantités d’eau de pluie tombées en un temps donné

Jusqu’à l’acidité des terrains devenait mesurables à merci. Quelque part, les maraîchers jouaient cartes sur table. Le hameau se détachait des impondérables du terrain. La moindre parcelle était triée au peigne fin sur le volet. Le laboratoire envoyait son diagnostic après. Les bons résultats garantissaient de manger à sa faim pour un temps. Joindre les deux bouts étaient à portée de toutes les bourses.

Assuré en cas d’accident

Même sans un sous, chacun était assuré d’un bon coup de main en cas de pépin. Au pire, le voisin accourait pour faire la chaîne. A tour de bras, le hameau venait à bout de toutes les misères. Même l’enfer se pavait de bonne volonté : le moindre hurlement de la sirène ameutait le quartier à la pompe : à bras raccourcis, les sceaux en cascade avaient raison du moindre incendie.

JPEG - 186.4 ko
Aubert Marcel, hermitagien d’après guerre
Aubert Marcel s’est porté pompier volontaire en 1934

On ne prête qu’aux riches

Puis, à grande vitesse, le hameau s’est enrichi : les exigences de l’abondance sont devenues exorbitantes. Prêter, à la rigueur, pour un rendu, n’était pas reprendre ni voler. Le partage s’est mis ensuite à se calculer sans beaucoup de monnaie ni sonnante ni trébuchante. Un sain égoïsme était toléré jusqu’à l’opulence où personne ne cédait sur rien. De fait, partager était devenu moins nécessaire : la culture s’était déplacée vers les grandes surfaces à céréales. Les rendements étaient montés en flèche avec l’abandon des productions variées. Une seule culture à grande échelle rendait désormais à profusion. Du coup, cultiver devenait un loisir : seules quelques parcelles restaient cultivées pour de bon. Elles parvenaient à cacher leur misère dans l’opulence générale.

JPEG - 393 ko
Brouette sans partage dans la "sacristie"
La culture du narcissisme a rendu impossible toute mutualisation (Crédits JF Doucet)

Le partage motorisé

A la force du poignet, l’énergie s’est vue renouvelée. L’Hermitage lui a substitué des moteurs moins gourmands en labeur. Pour labourer, désormais, même peu profond, les gros tracteurs avaient fait des petits. Des motoculteurs facilitaient le coup de bêche tant pratiqué par les générations d’avant.

JPEG - 949 ko
Bêchage d’automne
Bêcher permet d’aérer la terre et d’enterrer les mauvaises herbes
JPEG - 261.5 ko
Poussette
La poussette, équipée de différents outils, permet un labour peu profond (Crédits JF Doucet)
JPEG - 404.4 ko
Parterre de tulipes
Travail de la terre au motoculteur (Crédits JFD)
JPEG - 267.8 ko
Aide au motoculteur
Le partage de savoirs-faire s’est aujourd’hui motorisé

Du marché à l’économie à l’Economie de marché

Avec les motoculteurs, les machines simples [2] avaient fait leur temps. Désormais, motorisée, la consommation exigeait une production accrue.

JPEG - 273.9 ko
Culture sur paillis de lin
Les indispensables du jardinage se vendent en grande surface (Crédits JFD)

A ne savoir qu’en faire, les déchets étaient alors jetés dans la nature. Puis toutes les ordures sont entrées de plain pied dans l’économie de marché.

JPEG - 242.8 ko
Fraises sur paillis de lin
Le paillis, plus efficace que la cendre, est connu pour écarter les limaces. Au contact du paillis, les fraises sont également moins terreuses (Crédits JFD)

Dans le cochon tout n’était plus bon mais tout pouvait se vendre. C’était sans compter les limites imposées au gâchis par lui-même. Au point que les anciennes manières revenaient sur le devant de la scène : pour ne pas tourner en rond, l’économie était l’unique planche de salut. Le quartier pensait se tirer d’affaire par ce tour de passe-passe : en fin de compte, l’argent permettrait de se raccrocher aux branches. Nouvellement riche, le quartier n’avêkà scier du bois sans s’asseoir dessus.

Circulez hors-sol sans rien avoir

Malheureusement, ce faisant, les biens du salut s’étaient envoyés en l’air : seules les abeilles ouvrières n’entraient pas dans la danse monétaire : faute de combattantes, les ruches menaçaient de cesser la guerre du miel.

JPEG - 91.5 ko
Etamines attendant la pollinisation
Les abeilles menacent de disparaître toute pollinisation cessante (Crédits JFD)

Toutes les facultés se bricolaient alors une théorie sur le champ : la disparition des butineuses n’était qu’une goutte d’eau dans la mer. De réelles menaces pointaient à l’horizon. Au nom du progrès, les savants ré-inventaient la roue moyennant monnaie bien entendu. Et s’il n’y avait plus de monnaies, des bitcoins électroniques couronnaient le tout. A ce bas-prix, chacun restait roi dans son propre pays. Hors-sol, le terrain lui-même devenait virtuel.

Connecté dans le monde entier mais seul sans partage

Heureusement les enfants des écoles remettaient les pendules sur terre. Pour affronter le futur, ils venaient, à pied, glaner ici un savoir-faire.

JPEG - 298.6 ko
Les enfants partagent leurs savoirs
Devant un des domiciles de C. Pissarro, les enfants des écoles font le rapprochement entre un de ses tableaux et l’état actuel des lieux (Crédits JFD)
JPEG - 511.1 ko
Le peintre au soleil
Un panneau en lieu et place du chevalet de C. Pissarro

En quelque sorte le vieux Monsieur barbu - C. Pissarro, sur la pancarte - leur démontrait qu’il est (encore) possible de bien vivre sur terre. A condition évidemment de savoir où planter son chevalet. A chaque enfant ensuite de trouver son endroit ideal.

JPEG - 201.2 ko
Vigne et rose

Quelques feuilles de vignes remontent à Adam et Eve. Elles sont conservées hors commerce comme le Ginglet "persoré" [3] sur les Côteaux de l’Hermitage.

JPEG - 253.9 ko
Feuille de vigne
Evocation d’une production prospère de Ginglet
JPEG - 234.1 ko
Etiquettage d’une bouteille de Ginglet
La Commune Libre de Saint Martin perpétue la production de Ginglet

Les enfants de l’opulence

Insensiblement l’Hermitage était passé de l’utile à l’agréable : en chemin, le passé montrait à ses enfants une voie jouable : à eux de se frayer leurs chemins dans l’opulence.

JPEG - 329 ko
Enfants de l’opulence
Les enfants d’aujourd’hui devant un dindon d’ornement (Crédits JFD)

Pas si facile pour eux d’entrer dans l’anthropocène [4] sans être eux-mêmes emportés par le courant. Sauront-ils hériter de tout le savoir partagé que l’Hermitage leur mettait sous le nez ?

JPEG - 431.8 ko
Romarin ( Rosmarinus officinalis)
L’odeur du romarin plait aux enfants dès le plus jeune âge
JPEG - 226.2 ko
Developpement de l’odorat chez l’enfant
L’odeur du romarin ravit les enfants des leur plus jeune âge (Crédits JF Doucet)
JPEG - 227 ko
Menthe (Mentha)
Les feuilles de menthes sont facilement identifiables par les jeunes enfants (Crédits JF Doucet)
JPEG - 311 ko
Du chevalet au tableau
Aux enfants des écoles Sabrina montre une photo du chevalet de C. Pissarro
JPEG - 295.3 ko
En file indienne dans les allées

Les enfants apprenaient à éviter de marcher sur les plates-bandes. En rang d’oignons dans les allées, ils laissaient le terreau meuble. Les mauvaises herbes dans ces conditions se sarclaient sans galère. Sinon, c’était la croix et la bannière à tenir propre les rangées sans effort. A moins que n’en faisant qu’à leurs têtes, ils pulvérisent la terre entière sous un flot de pesticides mortifères.

JPEG - 250.9 ko
Sarclage des mauvaises herbes entre les rangées
Sarcler est plus aisé sur le terreau meuble (Crédits JFD)

Sauront-ils mettre leurs pas dans ceux des anciens ? Suivre leur voie toute tracée leur viendra-t-il à l’idée ? Sauront-ils voir une véritable œuvre d’art sous leurs yeux ? Ou bien, aveugles morts-nés. iront-ils chercher à prix d’or la vie dans un musée ?

JPEG - 301.4 ko
Les salades en bonne voie
Maraîchage à l’ancienne joignant l’utile et l’agréable : une vraie oeuvre d’art de M. Bouresche (Crédits JF Doucet)
JPEG - 261.5 ko
Un motif de se régaler les yeux avec des choux et les fleurs
M. Bouresche :un travail d’artiste (Crédits P. Simon)
JPEG - 405.9 ko
Devant les tableaux de C. Pissarro
Après de longues années de recherche des motifs de C. Pissarro avec A. Mothe, M. Bouresche partage ses connaissances avec les enfants (Crédits JF Doucet)

Les bouquets d’œillets de poètes une fois coupés expriment l’admiration. Ils donnent à la nature le signal d’un nouveau départ : les bourgeons restant renaissent alors de plus belle.

JPEG - 256.7 ko
Les oeillets de poêtes (Dianthus barbatus)
M. Bouresche explique que les oeillets de poêtes expriment l’admiration dans le langage des fleurs

Quand la pluie vient à tomber, les oeillets ne sont plus de saison. Les salades prennent la relève.

JPEG - 413.8 ko

L’Hermitage avait donné le meilleur de lui-même aux enfants. Pour les plus grands, quelques maisons du quartier s’ouvraient au grand public.

Jardin d’Hortensias

Une fois sorti des potagers, l’agréable prenait le pas sur la culture de l’utile. Ce qui était un arrangement avec les aléas de l’environnement pour survivre devient alors une certitude de (bien) vivre.

JPEG - 358 ko
Bienvenue en bleu de travail
Costumière maison
JPEG - 355.1 ko
Une vache veille à l’entrée
Oeuvre de Ch Beillouet
JPEG - 365.9 ko
Le Musée Tavet par Christophe Beillouet
JPEG - 6.7 Mo
Ch Beillouet fait tout lui-même du chevalet en bambou aux huiles sur toile
JPEG - 256.6 ko
Un coq en pâte et sa poule
JPEG - 366.1 ko
Vers ls Sente des Gratte-coqs

Jardin de la Côte du Jallais

D’artiste trouvant un sens à son état, représenter la réalité devient un véritable métier. La représentation elle-même se dispense d’être partagée par le commun. Elle entre abstraitement de plain pied dans le marché de l’art. Trouver acquéreur signe extérieurement son succès. Même méconnaissable hors sol, la réalité exprimée par un seul homme se partage à prix d’or.

JPEG - 512 ko
Maurice Lord Sculpture en acier
JPEG - 462.4 ko
Maurice Lord Sculpture en acier
JPEG - 378.6 ko
Maurice Lord Sculpture en acier
JPEG - 542.3 ko
Maurice Lord Sculpture en acier
JPEG - 473.4 ko
Maurice Lord Sculpture en acier
JPEG - 362.4 ko
Maurice Lord Technique Mixte
JPEG - 438.5 ko
Tao Guével Sculpture en dalles de verre
JPEG - 473 ko
Tao Guével Sculpture en dalles de verre
JPEG - 491.3 ko
Tao Guével Sculpture en dalles de verre
JPEG - 524.6 ko
Tao Guevel Sculpture en dalles de verre
JPEG - 288.7 ko
Paul Clichy, photographies
JPEG - 156.7 ko
Paul Clichy, photographie
JPEG - 219.4 ko
Paul Clichy, photographie

Jardin d’Armelle

JPEG - 188.7 ko
Armelle Loiselle - Huile sur toile
JPEG - 139.7 ko
Céramiques - Annick Raillard

Jardin de Florence

JPEG - 219.4 ko
Florence Krieg
JPEG - 208.2 ko
Florence Krieg
JPEG - 198.5 ko
Florence Krieg
JPEG - 191.8 ko
Florence Krieg

Jardins des Toits Rouges

JPEG - 272.2 ko
Dominique Bonnel
JPEG - 289.4 ko
Dominique Bonnel -sculpture
JPEG - 276.4 ko
Dominique Bonnel -sculpture
JPEG - 268.8 ko
Dominique Bonnel -sculpture
JPEG - 342.9 ko
Dominique Bonnel -sculpture
JPEG - 344.7 ko
Brigitte Goupil - sculpture
Sculpture de découpe d’acier rouillé
JPEG - 437.7 ko
Brigitte Goupil - sculpture
Sculpture de découpe d’acier rouillé
JPEG - 531.3 ko
Brigitte Goupil - scupture
Dame au chapeau fleuri - Tôle d’acier rouillée - Casserole hors d’âge - Tas de ferraille de la ferme
JPEG - 326.3 ko
Brigitte Goupil - sculpture
Tôle d’acier rouillée
JPEG - 319.6 ko
Brigitte Goupil - sculpture
Le Roi Seauleil - Tôle d’acier rouillée - Seau usagé - Tas de ferraille de la ferme

 [5]

Notes

[1] Que M. Bouresche soit ici remercié d’avoir révélé la présence des ruines d’um lavoir sur le bord de la Ravine

[2] On entend par machine simple, le levier, la roue, la poulie, le coin, le plan incliné, la vis, l’engrenage et le treuil

[3] les vignerons de l’Hermitage disaient "persorés" pour "vendanger" voir A. d’Hastrel Echo Pontoisien 5 octobre 1865

[4] Rappelons que le prix Nobel de chiie 1995 Paul Crutzen a vulgarisé le mot "anthropocène" pour désigner la période qui suit les ères géologiques à partir du moment où les activités humaines ont eu un impact global sur la planète.

[5]

Remerciements

Artistes exposants

Beillouet, Ch (peintre)

Bonnel, D (Sculpteur)

Clichy, P. (photographe)

Goupil, B (plasticienne)

Guével, T (verrier)

Krieg, F (photographe)

Lord, M. (plasticien sculpteur)

Raillard, A (Céramique)

Tallaron, M (costumière)

Bénévoles Arcival, D.

Bouresche, M.

Doucet, JF

Hérin, C.

Kurzac, A.

Modaine, B.

Pannet, J-G (in memoriam).

Mairie de Pontoise

AF Callandreau.- Services Culturels

B. Gontran (Enfants des écoles)

Conférencières

S. Lefèvre, P. Martinez, S. Leroy-Kowalk

Scolaires Ecoles de l’Hermitage, des Cordeliers, PAC, Ducher, L. Piette.

et tous ceux qui, de près ou de loin, ont contribué au succès de cette manifestation

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0