La maison du four à pain
Accueil du site > Dans le quartier de l’Hermitage > Les Journées Européennes du Patrimoine 2016

Les Journées Européennes du Patrimoine 2016

dimanche 16 octobre 2016, par Jean-francois Doucet

Un patrimoine sans citoyens

Des sauvages dans la cité : quels citoyens ?

A en croire les autorités nationales de cette année, un patrimoine suffisait pour être citoyen ! Pour tenir son rang de haut niveau l’Hermitage devait se bricoler un héritage ! Le quartier avait une occasion unique de se faire reconnaître enfin à part entière ! Dans la cour des grands, il se hisserait sur la pointe des pieds . Mais la légende de son château [1] n’était que poussière dans l’océan des qualifications nécessaires. Sa légende trop fumeuse, comparée aux manoirs et autres cathédrales, ne faisait pas le poids ! Pour faire bonne mesure, il mettait alors dans la balance son pressoir [2], sa chapelle creusée dans la roche [3] à coté du Couvent des Mathurins et même son four [4] sauvé de la décharge. Mais le compte n’y étant toujours pas, il fallait encore y ajouter des preuves du passé : par chance, chaque ferme cuisait son pain au quotidien. Tous les fours du quartier valaient bien un aveu [5] : de derrière les fagots, chaque maraîcher pouvait sortir son exclusivité ; le quartier n’avait pas toujours construit en dur ! N’ayant pas les moyens, chacun creusait pour occuper sous le terrain : sans débourser, chaque fermier se mettait ainsi à gauche sa « carrière demeurante » [6] Mais alors le patrimoine était plus bas que terre. Il n’arrivait pas aux chevilles des Comtes, Marquis et autres Princes. Même logé sous terre à bonne enseigne, un troglodyte ne se distinguait pas du lot. Sa vie durant, il demeurait corvéable sans merci ni chien es-tu bête. De son savoir-faire, il tirait son chapeau très bas ! A force de courbettes, il extrayait sa pierre comme il récoltait ses légumes. Pendant des siècles, il était resté en l’état. Puis la Révolution était passée dessus : le progrès avait tout balayé des métiers à ne savoir qu’en faire. Les carriers cessaient depuis belle lurette d’attaquer à l’escoude leur front de taille. Les tailleurs de pierre s’étaient mis à l’ère du béton. Sans laisser tomber leur métier, ils s’équipaient d’un vacarme de marteaux-piqueurs. Du coup, l’Hermitage ne savaient plus rien faire comme avant.

Des célébrités pour acheter l’éternité

JPEG - 26.7 ko
Maria Deraismes (1828-1894)
Maria Deraismes franc-maconne et feministe a habité l’Hermitage de 1852 jusqu’à sa mort en 1894.

Heureusement, le quartier se rattrapait avec son pesant de célébrités. Toujours première dame quelque part, Maria Deraismes [7] venait à la rescousse : pensant librement, elle s’était immiscée comme un seul homme dans une loge maçonnique. Puis elle avait attiré des opposants notoires dans son château. Elle prêchait la bonne cause aux républicains du Royaume. Ce faisant, ils parlaient dans son salon aux murs sans oreilles pour se faire espionner.

JPEG - 3.5 ko
C. Pissarro (1830-1903)
C. Pissarro a habité l’Hermitage de 1872 à 1882 et peint plusieurs centaines de toiles à Pontoise

C. Pissarro habitait de son coté à deux pas du château. L’a-t-elle rencontré par hasard ? Au vu des dates, ils auraient pu se croiser comme par un fait exprès. Mais ils avaient des chemins très différents : elle avait trouvé sa voie dans la politique de haut niveau. C. Pissarro, pour sa part, ne menait pas la vie de château. Sans le sous, il passait d’une habitation à une autre : il aurait même transité un temps par une carrière. Du coup, sa femme et sa marmaille, évitait un loyer. Sinon, un tableau payait son ardoise pour joindre les deux bouts. Mais rien ne l’empêchait d’inviter des peintres comme lui passionnés par la lumière [8]. Sur leur palette, ils picoraient du bout de leur pinceau une couleur pure. Puis en rase campagne, ils la couchaient tout bonnement sur la toile. Une fois arrivées à bon port, les taches s’arrangeaient entre elles. De cet accord parfait, le quartier devenait le berceau de tout un mouvement. Mais, déshonorant l’Art français de l’époque [9], les toiles ne trouvaient pas preneurs sur place. Heureusement, les américains n’avaient pas jeté les tableaux avec l’eau du bain. De ce fait, l’art nouveau-né s’achetait très cher à l’étranger. Ils en mettaient plein la vue dans les musées du monde entier. Du temps des peintres, Maria Deraismes n’était pas censée le savoir : lui plaire localement, [10] par conséquent, n’était pas gagné d’avance.

Un quartier rayé de la liste

Une autre dame de Paris n’a certainement pas vu le quartier en peinture. Chargée de dresser une liste des endroits de Pontoise à garder, elle arrivait de Paris ! Pour la ville rien n’était plus simple : la cathédrale lui crevait les yeux. Pas plus loin que le bout de son nez, elle avait recensé le plus gros. Une fois arrivée au rempart de la ville, elle levait son crayon haut la main. Sans coup férir, elle rayait d’un coup de plume, le quartier de la carte. Ce faisant, elle lui arrachait ses galons dans l’échelle culturelle. La folie des grandeurs “à la française”, rendait l’Hermitage minuscule au bout de son crayon.

JPEG - 34.4 ko
Adolphe d’Hastrel (1805-1874)
Officier de Marine, A. d’Hastrel est aussi dessinateur et lithographe

Le petit patrimoine, à ses yeux, n’était que de “la France d’en-bas” [11]. Ignorant superbement C. Pissarro, elle se dispensait de rendre hommage au père de l’Impressionnisme. Elle s’épargnait mine de crayon en main de se pencher sur le berceau d’un mouvement mondialement reconnu. Sa liste du centre de Pontoise avait d’autres chats à fouetter. Quant à A. d’Hastrel, le Comte Léon ou Eugène Turpin, mieux vaut ne pas en parler. Sur la liste de la dame de Paris, ils n’avaient aucune chance.

JPEG - 8.8 ko
Charles Léon (1806-1881)
Le "Comte Léon" est le fils naturel de Napoléon 1er et d’Eléonore Denuelle de la Plaigne. Il passa les 15 dernières années de sa vie à Pontoise et aurait habité la Villa Beaujour rue Jean-Paul Soutumier

Primo, pour les inscrire sur la liste, elle aurait du savoir qu’ A. d’Hastrel habitait Château-Verger en plein dans l’Hermitage. A sa décharge, elle ne pouvait pas voir son pressoir monumental : heureux, il vivait caché aux yeux des gens très occupés. Pour le voir, elle aurait dû prendre le temps de lire dans les livres le nom de l’ancien fief. Elle aurait sans doute fait le rapprochement avec Chateau-Verger. Mais l’ancien régime n’était peut-être pas son fort. Secundo, le Comte Léon, habitait, lui, la Villa Beaujour en dehors des remparts. Si la dame triait le beau linge sur le volet, le Compte Léon était en dehors des limites de son épure. Tertio, sur sa liste, Eugène Turpin demeurant au Pothuis aurait pu être candidat : après tout, il avait connu son heure de gloire au Ministère de la Guerre. Mais, simple inventeur génial, ni polytechnicien, ni ingénieur des mines, il était passé par la case prison. Par conséquent, le passer sous silence était une obligation. Pour dire que les trois célébrités du quartier n’empêchaient la dame ni de dormir ni de rentrer à Paris une fois sa mission accomplie. En définitive, ni vu ni connu, Pontoise restait sans l’Hermitage Ville d’Art et d’Histoire quand même.

JPEG - 47.6 ko
Eugène Turpin (1848-1927)
Conditionne l’acide picrique pour en faire un explosif (ou mélinite) adopté par le Ministère de la Guerre en 1887.

A Paris, les choses se préparaient à l’Assemblée Nationale s’il vous plait. Le parlement avait concocté un projet de loi relative à la liberté sous toutes ses formes [12]. Le mot " liberté" était à la portée de tout un chacun. Au fronton de chaque Mairie, on le retrouvait gravé dans le marbre. A qui savait lire, il suffisait d’avoir des sous pour faire valoir son (bon) droit. Quant au projet de loi, le comprendre exigeait une solide formation. Le commun des mortels devait se satisfaire d’une simplification. Désormais, le patrimoine s’effacerait devant la construction. De cette manière, tout l’Hermitage faisait partie d’un vaste marché. Il suffisait de gagner gros pour avoir raison de bâtir à tort et à travers.

Aux larmes citoyens

Sans le sous, l’Hermitage avait pourtant payé l’impôt de son sang. Pour sauver la Patrie en danger, le 23 Mai 1790, les militaires de la Compagnie de l’Hermitage “prétaient serment et juraient d’être fidèles à la nation, à la loi et au Roy, de remplir avec exactitude et fidélité leurs fonctions militaires qui leur seront confiées, d’être toujours prêts à se joindre et à faire corps avec la garde nationale de la Ville …”

JPEG - 291 ko
En 1790, des hermitagiens font corps avec la Garde Nationale de la Ville

Une société bien ingrate

Cet engagement ancien suffisait-il à mettre les nantis le nez dans leur ingratitude ? Tout permet de le penser dans la continuité : au XIXème siècle le tourisme de la capitale prenait déjà des trains entiers. Un guide à la main chaque citoyen se payait la tête de son origine plus bas que terre !

JPEG - 225.6 ko
Curieuses habitations dans le Roc
Carte postale du début du XXème siècle

Une nouvelle vague de "petites maisons bourgeoises" plane peut-être sur l’Hermitage comme un cheveu sur la soupe ? Quelle épidémie de phylloxera sera le comble de malheur ? Un climat déréglé aura-t-il raison une nouvelle fois de quelle vigne ? Le quartier, même relégué hors les murs pourra-t-il garder sa dignité surtout ? Le pire est déjà arrivé : le quartier a déjà cessé d’alimenter la ville entière de son vin [13] et de pain quotidien [14] Son savoir-faire ne sera plus bientôt qu’un lointain souvenir.

JPEG - 168.5 ko
Rien ne se perd ni ne se gâche
Des sarments du Vignoble de la Commune Libre de St Martin (Crédit JFD)
JPEG - 291.2 ko
Ginglet rouge
Le Ginglet, produit par la Commune de St Martin, existe en blanc et en rouge. (crédits JFD)

Adieu, veaux, vaches et cochons de la Sept’mbre [15] ! On ne boira plus que des vins australiens ! Quant au pain, il arrivera congelé du bout de la terre.

JPEG - 165.6 ko
Outils anciens
De gauche à droite : écouvillon, rable, balayette, pelle et porte du four. Copie d’outils Ph Doucet
JPEG - 52.6 ko
S. Lefevre, conférencière explique aux écoliers le fonctionnement du four (Crédits B. Levesque)
JPEG - 193.3 ko
Avant la montée en température du four, les enfants de l’Hermitage s’approprient le quartier (Crédit JFD)

Un storyboard à l’ombre de C. Pissarro

OR CODE Pain et pizza devant l’exposition F. Dassé et F. About auraient pu suffire à attirer l’attention des citoyens sur le petit patrimoine. Cette année, de plus, une ombre particulière était portée sur l’Hermitage. Comme souvent, C. Pissarro de son éternité donnait un bon coup de pouce. Il nous faisait profiter de ce qui reste sur place de ses tableaux. Mis au goût du jour, il devenait un storyboard qui commençait sur les grilles de la Mairie. Il se terminait sur Internet si, de son smartphone, quelqu’un flashait le QR Code .

JPEG - 189.8 ko
Le parcours sensible part des grilles de la Mairie
A l’ombre de C. Pissarro : un parcours sensible de N. Blin, peintre conteur (Crédits JFD)
JPEG - 170.8 ko
Parcours urbain sensible
Tout est expliqué sur les grilles de la Mairie

Un parcours guidé par le concepteur en personne serpentait dans l’Hermitage jusqu’au four. Ignorer les peintres du quartier devenait de plus en plus difficile.

JPEG - 216.6 ko
Parcours du storyboard A l’ombre de C. Pissarro
De nombreux visiteurs de l’ Office de tourisme au four de l’Hermitage suivent à la trace l’oeuvre de C. Pissarro peuven

De plus, le souvenir d’un hermitagien ayant fait son chemin à coup de pinceau sur la terre comme au ciel ne pouvait qu’encourager d’autres à faire de même. Quitte à payer le prix fort, la voie était toute tracée bordée de son lot de misères.

Un nouveau Saint à qui se vouer

JPEG - 56.1 ko
Bâton de St Vincent
Deux bâtons de St Vincent sont remisés au Musée Tavet sans qu’il soit possible de déterminer lequel appartenait à l’Hermitage (Crédits JFD)
JPEG - 75.7 ko
Saint Honoré, patron des Talmeliers
Les Talmeliers, ancêtre des Boulangers ont promené cette année leur Saint Patron dans Pontoise (Crédits JF Doucet)

En chemin, chaque hermitagien aura toujours son lot de consolation à qui se vouer. Il a même hérité cette année d’un nouveau saint patron. St Honoré protége depuis peu les boulangers dans une chapelle de St Maclou. Le vin, lui, était sous protection pas loin du tout : dans un grenier du musée Musée, Saint Vincent était remisé pour l’éternité.

La main à la pâte

Dans ces conditions, les Talmeliers [16] pouvaient encore cette année mettre la main à la pâte. Ils entonnaient toujours la même litanie. Chauffer, enfourner, défourner. Mais à chaque fois le pain sortait différent de l’épreuve.

JPEG - 199.9 ko
Examen de la voûte
La vétusté du four (prob. début XIXème) oblige à un examen régulier de la voûte (Crédits JFD)

Depuis 2 siècles, la voûte avait tenu le coup : cette année encore des petites chauffes en avaient chassé l’humidité. Mais à terme elle risquait de s’effondrer sur elle-même. Quelqu’un du métier devait y jeter un oeil par conséquent.

JPEG - 149.3 ko
Pâtons du pain du patrimoine
Pesés au jugé, les pâtons du pain du patrimoine de 250 g environ s’en balancent ! (Crédit JFD)

De plus, cette année la croix pattée remontait en surface. En lieu et place, de la croix en pâte sur le pâton, elle était scarifiée sur le dessus de la boule.

JPEG - 169.9 ko
Pâton de boule à croix pattée
La fabrication du pain du Vexin à croix a cessé le 30 Juillet 2010 faute de rentabilité. Les Croix Typiques du Vexin sont ici dessinées au scarificateur
JPEG - 317.3 ko
Pain du Vexin à Croix-pattée
Des pains du Vexin cuits au Château de Villarceaux (Crédits JF Doucet)
JPEG - 205.9 ko
Examen de la voûte
M. B. Locquet et M. Doisneau examinent la voûte avec une lampe baladeuse (Crédits JFD)
JPEG - 198.3 ko
Enfournement
Une fois la sole examinée, les pâtons sont enfournés (Crédit JFD)
JPEG - 122.7 ko
Enfournement
Les pâtons sont disposés sur la sole en fonction de la répartition des températures sous la voûte (Crédits JFD)

Cette année encore M. Doisneau pratiquait sa marque de fabrique : à température dans les 250 C, il l’humidifie l’air entre sol et la voûte. De ce fait, les pâtons n’ont qu’à bien se tenir ! En fin de cuisson, toutes les croûtes sont comme dorées sur tranche.

JPEG - 106.1 ko
Humidification
De fines gouttelettes sont pulvérisées sur les pâtons pour faconner la croûte souhaitée (Crédits JF Doucet)
JPEG - 166.5 ko
Les enfants prêtent main forte
Dans la mesure du possible, les enfants sont inclus dans la préparation du pain (Crédits F. About)

La mie, sous la croûte, s’aére alors très naturellement.

JPEG - 119 ko
Une mie aérée
Grâce à un pétrissage adéquat, les bulles de gaz carbonique éclatent sous le choc thermique du four (Crédits JFD)
JPEG - 164.2 ko
Le pain du patrimoine
Une mie aérée au goût des consommateurs modernes (Crédit JFD)
JPEG - 171.4 ko
Le pain du patrimoine

La nouvelle version du pain du Vexin aura-t-elle plus de chances que le premier essai : pour un coup de maître, des considérations économiques avaient eu raison des premières boules. Elles ne partaient pas comme des petits pains : de ce fait, elles devenaient un encombrement majeur pour les Moulins de Char. Les sacs de farine devaient dégager l’entrepôt. La filière terminait ainsi en eau de boudin. Un coup d’arrêt était mis à des croix très symboliques tatouées sur la croûte : le pain sous cellophane reprenait le dessus.

JPEG - 166.7 ko
Dégustation
JPEG - 167.3 ko
Visiteurs
En arrière-plan, les expositions de F. About et de F. Dassé
JPEG - 137 ko
La pizza sort du four
Les braises restent sur la sole du four pour cuire la pizza (Crédit JFD)
JPEG - 197.4 ko
Part de pizza
Les bénévoles du quartier apportent chacun les ingrédients pour la pizza de fin de manifestation (Crédits JFD)
JPEG - 191.6 ko
Service
On peut même goûter du Ginglet blanc

L’Hermitage, d’un coup, devenait une auberge espagnole. Chacun y trouvait ce qu’il y apporte. Restait un peu de chaleur en fin de journée. Une pizza économisait sur tout en utilisant le moindre résidu.

 [17]

JPEG - 189.7 ko
MM G. Seimbille et P. Stein, Maires-adjoints
Une part de pizza régalent les officiels (Crédits JF Doucet).
JPEG - 272.8 ko
Du vin en plus du Ginglet
3 bouteilles de Ginglet blanc et 1 rouge ne suffisaient pas à la pizza du soir (Crédits JFD)
JPEG - 282.3 ko
Dégustation
Un petit coup de vin en attendant la pizza
JPEG - 310.6 ko
Gaby
JPEG - 261.8 ko
Fabrice et Eric

Citoyens d’Honneur sans patrimoine ?

Le défilé ne s’arrêtait pas là ! Après leurs parents, le four était un point de ralliement des enfants ! Venant d’un peu partout, s’approprier un endroit bien à soi est un impératif majeur.

JPEG - 202.7 ko
Enfants des écoles
Les enfants des écoles s’approprient le quartier (Crédits JFD)

L’occasion leur était donnée de creuser un peu plus loin que leur univers pavillonnaire.

JPEG - 235.6 ko
Les enfants des écoles
Les écoles connaissent mieux leur quartier
JPEG - 182.5 ko
Une conférencière
Une conférencière explique aux enfants comment faire son pain
JPEG - 241.9 ko
Les enfants s’approchent du four
JPEG - 246.6 ko
Le vieux four vu de près
JPEG - 244.2 ko
Enfants autour du four
Les enfants rassemblés autour du four (Crédits JFD)

Mise en scène culturelle ou culture du savoir-faire ?

Comme leurs aînés, les jeunes hermitagiens ont besoin d’un héritage pour être citoyens. Mais leurs anciens doivent leur faciliter le passage vers leur futur proche ou lointain. A peu de frais, ils peuvent ouvrir la porte à la vie d’autrefois : inutile de remiser à prix d’or, ces pratiques dans un musée ou un château [18]. A l’Hermitage, cette mise en scène n’est pas de mise : le quartier lui-même est la scène. Pourquoi ne pas la regarder de plus près ?

Game over et QR CODE du futur

JPEG - 133 ko
Game Over
L’hermitagiens N. Blin, vient clore l’événement avec le fragment n 19 de son storyboard (avec OR CODE )

Le OR Code remets le four à l’heure

 [19]

Notes

[1] N. Taillepied en 1587 laisse supposer qu’il existait à l’Hermitage un château en ruine

[2] le pressoir décrit par A. d’Hastrel dans l’Echo Pontoisien du 5 oct 1865

[3] N. Taillepied « Les antiquités et singularités de la ville de Pontoise » ; réédition collationnée par A. Francois sur le manuscrit de 1587.Pontoise Paris 1876. Page 108-109.

[4] Selon toute probabilité le four de l’Hermitage a été construit au début du XIXème siècle

[5] Autrefois, un avouant déclarait ses biens au fisc féodal

[6] Il existe 3 types d’habitations troglodytiques : 1.- les simples abris sous roche. 2.- les cavités troglodytiques creusées pour servir de demeures. 3.- les carrières creusées pour extraire de la pierre de construction puis habitées comme " carrières demeurantes ".

[7] Sur son buste rue de l’Hermitage est inscrit "Elle a combattu sans relâche pour le triomphe de la démocratie républicaine et libérale et consacra sa vie entière à la défense des droits opprimés de la femme et de l’enfant" elle a habité chez sa soeur à l’Hermitage à partir de 1850

[8] A l’Hermitage, le groupe comprenait , P. Cézanne, P. Gauguin, L. Piette C. Pissarro, "surnommé père de l’Impressionnisme"

[9] Albert Wolff, critique d’art du Figaro, appelait les impressionnistes "les aliéniés ". Voir lettre du 2 mai 1883 in C Pissaro. Lettres à son fils Lucien, Paris, Albin Michel, 1950 page 40

[10] C. Pissarro conservait un pied à terre à Paris mais a habité l’Hermitage de 1872 à 1882

[11] Expression utilisée par le Monsieur J-P Raffarin Premier Ministre marquant, en France, la naissance des petites gens aux yeux des grands de ce monde

[12] Projet de loi n 3954 relatif à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine. aimablement transmis par J. Bourgeois- Prichystal.

[13] Que la Commune Libre de St Martin soit ici remerciée d’avoir cédé pour les Journées du Patrimoine 3 litres de ginglet blanc et 1 litre de ginglet rouge

[14] Pour un nombre environ moitié moindre de vignerons ( variant de 1858 à 1865 de 68 à 74 vignerons à l’Hermitage pour respectivement 104 à 127 au Centre-Ville). l’Hermitage produisait 85 % en moyenne de la production de la ville - A. d’Hastrel, Variétés, l’Echo Pontoisien du 5 Oct 1865)

[15] Traditionnellement on achetait le cochon à la foire de Septembre pour l’engraisser

[16] Comme on le sait, les talmeliers sont les ancêtres des boulangers

[17] Les ingrédients proposés sont

Mozarella, Jambon, Thon, Coulis de tomate (ev. tomate à pizza), olive, herbes origan pour pizza, gruyère rapé, coeur d’artichaut

[18] Une ferme pédagogique a été ouverte dans le château de Marcouville pour, entre autre, la conservation d’espèces menacées

[19] Remerciements :

Bénévoles About C " Claudia", About F, Albanese M (pizza) et L, Arcival, D, Bourgeois J.-P (débitage des billots), Dahlgren B, Doucet E, Doucet F, Doucet JF, Doucet Ph, Doucet-Dahlgren A-M, Hérin C (et sa maman), Levesque B.

Causerie du 14 Sept 14h-15h30 à la Maison du four à pain : Arcival D, Bourgeois JP, Prévost P.

Organisations :

Service Culturel de la Mairie de Pontoise : Callandreau, AF. Gontran B, Prévost P.

Service Technique de la Mairie de Pontoise : env. 2 stères de bois

Etablisements scolaires : L. Piette, L’Hermitage, Ducher

Commune libre de St Martin : Bazot, R. pour son Ginglet (3 Rouges et 1 Blanc )

Talmeliers de l’Ile-de-France . Doisneau, M. Foubert, M. Valadon, J.

Expositions :

Dassé F. "Le passé troglodytique de l’Hermitage".

About F. " L’essentiel de l’Hermitage".

Blin, N. "Parcours sensible à l’ombre de C. Pissarro" et Guide de l’Office de Tourisme : Lefevre S, conférencière.

Mme Lambert, Carol pour l’autorisation d’utiliser le mur de sa propriété

Commerces

Ets Valadon, la pâte du samedi et du dimanche.

Officiels

Seimbille, G. Maire-Adjoint de Pontoise. Stein, P. Maire-Adjoint de Pontoise.

Remerciements à plusieurs centaines de visiteurs qui ont fait le succès de cette manifestation.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0