La maison du four à pain
Accueil du site > Dans le quartier de l’Hermitage > Les Journées Européennes du Patrimoine 2014

Les Journées Européennes du Patrimoine 2014

samedi 1er novembre 2014, par Jean-francois Doucet

Faire d’une pierre deux fours

En fait, le four du 26 aurait dû être mis en marche bien avant. C’était sans compter le coulis d’argile long à sècher. « Un mois minimum » avait préconisé la briqueterie ! Une fois gueule et voûte restaurés, il fallait être prudent : plus d’un siècle d’inactivité avait laissé des traces l’humidité s’incruster. Les chasser progressivement, nécessitait du doigté. Des petites chauffes tout le temps étaient recommandées par les gens de métier. Sinon, les risques étaient les mêmes que pour le four du quartier. Les deux voûtes attendaient la moindre occasion pour s’écrouler tout bonnement. D’où les précautions d’usage début septembre. Finalement, une fois un peu d’humidité évacuée, les deux fours se valaient sur la ligne d’arrivée : bon an mal an, le quartier avaient deux fours en bon état de marche. C’est dire qu’une certaine quantité de bois a été consumée avant et pendant les deux jours. Mais ni le bois ni le pain n’étaient précisément le thème proposé par les autorités. Pour un instant, par conséquent, la restauration et la mise en marche des 2 fours ont été purement et simplement mis de coté.

Scions, scions du bois à la mèreu...à la mère ... heuuuu [1]

Deux jours sont bien peu en réalité pour exposer les lieux insolites du quartier. Ses trésors ne sont insolites qu’à celui qui, étranger, ne s’est pas laissé charmer. Sa richesse est essentiellement un savoir-faire aujourd’hui périmé. Avec tout le progrès technique, la moindre faucille pour herbe à lapin est devenue une faucheuse à fil - s’il vous plait ! Dans la foulée, les tronçonneuses sont devenues électro-mécaniques à la Ville de Pontoise. Du coup, leurs bûches parviennent à l’Hermitage en l’état : il est, paraît-il, interdit de les mettre au format boulanger [2].

JPEG - 230.2 ko
Merlin
Le Merlin convient mieux qu’une hache pour les grosses bûches

La Commune craint sans doute de voir les bûches partir en fumée taillées en allumettes dans les foyers. Interdites de découpe, toutes les billes de la Mairie prennent pourtant un temps fou avec notre technique à l’ancienne. Heureusement, bien avant la date fatidique, les voisins sont habitués à donner un coup de collier. En tenue de travail, ils exhibent leurs outils de toujours : des coins, des haches et tout le saint tintouin. A l’Hermitage, c’est presque devenu le billet d’entrée pour faire partie des Journées. Une fois cette cotisation payée, les choses vont beaucoup mieux. Les ingrédients sont même autorisés à apporter pour manger la pizza de fin de festivité. lls seront incorporés à la pâte pour économiser la chaleur restante du four. A coté d’une poignée de bois crépitante, elle se consumera comme des petits-fours. Mêmes les dames de la commune pourront venir : à l’Hermitage, elles sont dispensées de leurs robes de soirées et des cartons d’invitation : elles sont sûres et certaines qu’une part du gâteau sera leur chasse-gardée. Cette année même elles pourront trinquer [3] au Ginglet, blanc ou rouge, au gré de leur humeur et de leur liberté.

JPEG - 197.9 ko
Jeune et moins jeune unissent leurs efforts pour couper du bois

Les jeunes du quartier l’ont bien compris : pour une part de pizza, une seule serpette vaut mieux que 100 tu l’auras ! De ce fait, un jeune est passé sans encombre du petit bois pour barbecue au four du quartier grandeur nature. Dire qu’il est en apprentissage est un bien grand mot vu qu’à l’Hermitage, il n’y a ni examen ni rattrapage : les grosses bûches font des petits, c’est ce qui compte !

JPEG - 190.4 ko
La bûche aide la hache
Une bûche est utilisé pour taper sur l’autre par l’intermédiaire d’une hache
JPEG - 194.4 ko
On enfonce les coins au marteau
Marteau ou massette de macon font bien l’affaire.

Une fois le petit bois coupé, un autre chantier était en route pour les Journées. Mme Vertueux avait prêté sa demeure rue du Chateau-Belger troglodytique. Mme Callandreau avait pris le temps de venir agréer l’endroit bien avant. Malheureusement, elle se frottait à des orties devant l’entrée. Puis Gaby les avait fauchées pour permettre d’entrer les panneaux. Prêts à être montés dès la causerie de la veille, Fabrice pouvait les abandonner en de bonnes mains. Enfin les grilles de la Mairie étaient arrivées pour tout accrocher finalement. De fait, une présence était bien attestée par les gens du quartier dès les années 1955. Mais personne ne pouvait vraiment dire comment c’était aménagé en vérité. Exposer cette partie intégrante de l’Hermitage, obligeait alors à tout reconstituer artistiquement parlant. Une question restait à se poser : cette demeure troglodytique convenait-elle aux décideurs du thème de cette année ?

JPEG - 200 ko
Habitation troglodytique
Rue du Château-Belger habitait Mme Schmidt jusqu’en 1955 (entretiens avec R.P. et B. lors des Journées du Patrimoine 2010 et confirmé par R. P. en 2014)
JPEG - 433.7 ko
Habitation troglodytique
Domicile de Mme Schmidt, jusqu’en 1955. (Crédits JFD)
JPEG - 164.6 ko
Meubles de G. Vertueux.
Avant installation des meubles en carton de Guilaine sur des palettes dans la demeure troglodytique
JPEG - 228.3 ko
Habitation de Mme Schmidt
Reconstitution d’artiste : meuble de G. Vertueux et écuelles de J. McIver, tourneur sur bois.
JPEG - 101.8 ko
Poël à pétrole
Ce poël à pétrole ayant appartenu à M. Delaforge (aimablement prêté par Ph Doucet) a servi de chauffage d’appoint dans le quartier. Il aurait pu être utilisé par M. Schmidt. (Crédits JFD)
JPEG - 142.2 ko
Marteau têtu à pic et lampe à carbure
Pendant la causerie, la lampe à carbure offerte par F. Dassé et un outil de carrier (ou de tailleur de pierre) restauré sur ses conseils par Ph. Doucet (Crédits JF Doucet)
JPEG - 274.1 ko
Localisation du lieu d’exposition
Localisation par F. Dassé de la demeure troglodytique sur le cadastre napoléonien et le relevé de l’Inspection Générale des Carrières (Crédits JF Doucet)
JPEG - 52.8 ko
Cadastre napoléonien (1816)
Extrait du cadastre montrant la construction attenante à la demeure troglodytique reconstituée
JPEG - 94.7 ko
Habitations troglodytiques de l’Hermitage
La demeure de Mme Schmidt n’est qu’un exemple parmi d’autres d’habitations troglodytiques dans le quartier de l’Hermitage
JPEG - 173.9 ko
Habitations troglodytiques
Dans la rue A Le Moine, quelques habitations troglodytiques ou semi-troglodytiques sont encore habitées. au coté du 27 toiletté pour l’occasion par M. F. (Crédits JFD)

Les sites insolites sont à l’honneur officiellement

Cette année, les officiels avaient donc taillé leur thème de campagne à la mesure de nos habitations : les "sites insolites" à l’Hermitage ne datent pas d’hier ni ne manquent pas non plus. [4] Dès l’installation du chemin de fer à Pontoise, les troglodytes étaient l’attraction du coin. “Oiseaux rares” de la banlieue, ils devenaient un but de promenade pour les parisiens de l’époque [5] à mi-chemin entre l’homme des cavernes et les dignes représentants de la Civilisation (avec un grand C). Depuis, les choses avaient bien changées : les troglodytes avec le monde agricole avaient (presque) disparu. La Civilisation avec un grand C avait baissé d’un cran face aux pays émergents. [6] Du même coup, les cartes de visite des vacanciers du XIXème siècle devenaient introuvables même aux Archives très étatiques au niveau départemental. Les guides touristiques dont tout le monde parlait restaient enfouis dans un tiroir du département. Même sur l’injonction des officiels personne ne levait le petit doigt pour les sortir de l’ombre. [7] Les bibliothécaires régionaux préféraient toucher le chômage plutôt que de dénicher la preuve par neuf de l’intérêt pour l’habitat creusé . Il est vrai que ce dernier devenait du plus grand chic, une manière de se distinguer une fois la salle de bain ou la cuisine installée au creux de la roche. Il était grand temps de rappeler à qui voulait l’entendre l’autre face cachée de l’opulence. Elle était partie comme un peu partout en France du monde agricole en voie de disparition. De ce fait, au public, une tension pouvait être représentée dès cette année : d’une part, le dernier cri de l’abondance en plein chômage et de l’autre les grandeurs et la misère du passé.

MPEG4 - 5.3 Mo
Les troglodytes de l’Hermitage
Pour illustrer le thème de cette année VONews a tourné un reportage sur les trogldytes de l’Hermitage diffusé le 10 oct sur leur SITE.

Tâche bien ardue, s’il en fut, puisque le quartier - combien de fois faudra-t-il le répéter ? - est une enclave de tradition orale sans papier pour le démontrer. [8] De toutes les manières, traduite par écrit, elle est trahie du même coup. Sa vocation était de disparaître une fois les troglodytes relogés avant que les habitations ne soient prises d’assaut par les gens plus aisés. L’Hermitage avait déjà vécu cette intrusion lorsque les guinguettes sur le bord de la Marne avaient fait tache d’huile sur l’Oise : une vague de "Maisons bourgeoises" avaient alors agrémenté le quartier au point d’attirer l’attention justifiée des peintres. Elles venaient mettre un peu de piment chez les maraîchers aux demeures rustiques plus robustes et bien bâties. Car les trous de boulins sur la façade l’attestent, disait M.Dassé. Un empoutrement soutenait certainement un premier étage au dessus de la demeure montrée au public. Une roche en saillie de la falaise corrobore les données cadastrales. Une habitation construite allait de paire avec la demeure troglodytique. A croire que l’une n’allait pas sans l’autre comme plusieurs autres exemples l’illustrent non loin de là.

C’est exactement ce grand écart qui était offert à la dégustation des 100 visiteurs organisés par la Mairie. Deux groupes passaient de la demeure de Mme Schmidt [9] à la Maison rouge où habite Fannette : entre les deux, près de 60 ans séparent le dénuement [10] de l’abondance.

JPEG - 154 ko
Une cuisine aménagée sous roche
Les habitations troglodytiques de l’Hermitage offrent maintenant tout le confort moderne. (Crédits Fannette About)

Quel changement ! Seul les besoins restaient les mêmes alors que les moyens de les satisfaire, en un peu plus d’un demi-siècle, sont passés de la nuit à l’aube. Désormais, la cuisine ne se fait plus sur un poël à charbon mais profite de tout le confort moderne. De même, la salle de bain aménagée selon les normes actuelles fournit l’eau chaude au robinet : finies les corvées d’eau, de petits bois ou de charbon des années 50 qui espaçaient nécessairement les toilettes autant que les lessives.

JPEG - 144.2 ko
Salle de bains dans la roche
Aménagée avec tout le confort moderne, la salle de bain permet une toilette quotidienne. (Crédit Fannette About)
JPEG - 243.8 ko
Maison bourgeoise
Maison bourgeoise à L’Hermitage, Pontoise (C Pissarro - PDRS 308) Huile sur toile, 50 x 65 cm, 1873 (PDRS 308), Kunstmuseum, Saint-Gallen (Suisse). (Source C. Desjardin -Photopoesie)

Pendant la causerie, le personnel de la Mairie en avait été brutalement informé. Une pyramide de Maslow leur mettait les points sur les "i". Les troglodytes de l’Hermitage étaient localisés à la base. Pour eux, pas moyen de s’élever même à la force du poignet. [11] Seules les élites avaient accès au domaine de l’être. [12] Les habitants sous roche, quand ils pouvaient l’espérer, se cantonnaient à celui de l’avoir. Chez les troglodytes pourtant, là comme ailleurs, les ressources n’étaient pas uniformes, loin s’en faut. Certains étaient riches au point d’avoir une armoire ou un lit à baldaquin tandis que d’autres devaient se contenter d’un mobilier encore plus réduit.

GIF - 7.3 ko
Pyramide des besoins de Maslow
Les troglodytes de l’Hermitage couvrent essentiellement leurs besoins physiologiques. Ils n’ont pas accès au domaine de l’être.
JPEG - 277.4 ko
Rue du Chateau-Belger
L’eau est disponible à quelques pas (Crédits JFD)

La demeure de Mme Schmidt était une illustration probante des conditions de vie de sa catégorie. Ayant accès à son potager [13] Mme Schmidt ne mourrait certainement pas de faim. Elle se trouvait en tous cas parmi des gens comme elle [14] qui « partageaient ce qu’ils n’avaient pas ». Ainsi, elle pouvait échanger fruits et légumes entre voisins. Quant à la viande, d’abord elle n’en mangeait certainement pas tous les jours. Ensuite, lapins ou poules remplaçaient avantageusement la viande de boucherie trop coûteuse pour ses moyens.

JPEG - 237.8 ko
Accès à l’eau
Au croisement de la rue du Château-Belger et de la rue Adrien Le Moine, se trouvait une pompe "Pont-à-mousson" distribuant l’eau sous pression de la ville

Certes, dans son habitation, l’eau n’était pas vraiment courante. De ses arrosoirs, elle coulait dans l’évier par simple transvasement : à deux pas, sans débourser un centime, elle pouvait en ramener chez elle tant qu’elle voulait. Ainsi, une fois Mme Schmidt lavée, de lévier, l’eau coulait d’elle-même vers un puisard. [15]. Même pour le linge, Mme Schmidt ne manquait de rien. L’eau de la pompe suffisait amplement au peu de vêtements qu’exigeait l’Hermitage. [16] Seul son fort accent la faisait remarquer quand elle bougonnait contre les garnements du quartier.

Ses conditions de vie étaient des plus simples dans le fond de sa demeure. Pour s’éclairer, le soleil mis à part, elle disposait sans doute d’une lampe [17] à carbure [18]. L’hiver, grâce à elle, Mme Schmidt ne se couchait pas trop tôt. Et le matin, elle pouvait rester un peu au chaud. En l’absence de chaleur animale, avait-elle, en plus de sa cheminée, un chauffage d’appoint ? Personne ne peut répondre à coup sûr de son confort élémentaire. Dans le doute, un poël à pétrole ne s’est pas abstenu de l’évoquer pour le public. De cette manière, les visiteurs pouvaient se rendre compte de la température ambiante sous la roche. Leur réaction ne s’est pas faite attendre : nombreux se sont étonnés : "il n’y a pas si longtemps que ca ! 1955 n’était pas l’âge des cavernes pour une habitation sous roche moderne. D’autant plus qu’après cette date, elle s’est trouvée non loin de là, une chambre dans une maison "construite en dur".

L’Hermitage inaugure un deuxième four

L’hommage rendu à Mme Schmidt n’escamotait pas l’intérêt du public pour le pain du quartier. Sous peu, un deuxième four devait être lancé à l’Hermitage. Pour ce faire, M. Locquet faisait son entrée très remarquée. Comme les boulangers depuis plusieurs années, il fait partie à part entière de la Confrérie des Talmeliers : il en porte même l’étendard. C’est dire que M. Locquet est tout à fait adapté pour inaugurer le four du 26.

JPEG - 163 ko
Evaluation du four par M Clair et Arcival
A la différence du four de l’Hermitage, le four du 26 n’emmagasine pas la chaleur dans une masse réfractaire au dessus de la voûte (Crédits JFD)

Une main experte est nécessaire pour renouer avec un art tombé en désuétude depuis un siècle. Il peut même se faire la main [19] sur le four de l’Hermitage parfaitement rodé à cet effet.

JPEG - 104.3 ko
Le four nouvellement restauré est commenté par B. Locquet, B. Dahlgren et D. Barillon (Crédits JFD)
JPEG - 121 ko
Premiers essais de cuisson
De longue date le four du 26 a été déshumidifié par de petites chauffes quotidiennes après séchage du coulis d’argile (Crédits JFD)

Première cuisson dans le four du 26Si le four de l’Hermitage monte correctement en température, le nouveau venu, sous cet aspect, reste à tester entièrement. Au dessus de la voûte, aucune réserve ne vient emmagasiner la chaleur : l’introduction des pâtons sous la voûte risque, dans ces conditions, de faire chuter la température. De ce fait, ils ne subiront qu’un faible choc thermique, insuffisant en tous cas pour obtenir une mie fine et légère. Essayer avec un certain doigté est par conséquent un passage obligé pour réussir la première fournée.

JPEG - 184.7 ko
Premiers pains cuits dans le four du 26
Après plus d’un siècle d’inactivité, le miracle s’est produit grâce à l’habileté de B. Locquet (Crédits JFD)

Une fois le four inauguré, les habitudes de l’an passé reprenaient leurs droits aisément. Bo avait lancé la mode du plat suédois " Kalops" pour l’occasion. C’est un peu un boeuf bourguignon où une épice [20] "le poivre de Jamaïque" inconnue à l’Hermitage remplace le vin pas cultivable en Suède. Une fois le miracle de la substitution accompli, le plat est offert à l’appréciation des boulangers de cette année.

JPEG - 232.4 ko
Le vin d’un autre Hermitage
Un "Crozes Hermitage 2012" accompagnait le repas (Crédis JF D)
JPEG - 132.1 ko
Le pain du patrimoine
B. Locquet devant l’affiche des Journées Européennes du Patrimoine (Crédits JFD)
JPEG - 162.1 ko
B. Locquet, talmelier, en habits de boulanger au four de l’Hermitage
Comme les années précédentes, la Confrérie des Talmeliers vient cuire le pain du patrimoine (Crédits JFD)
JPEG - 172.4 ko
Montage d’une tente
Une tente protège à la fois des intempéries et des fermentations parasites de la pâte (Crédits JFD)

JPEG - 87.4 ko
Cuisson du pain porte fermée
Pendant le transfert de la chaleur vers les pâtons, la porte ferme le four pendant environ 30mn (Crédits S. Lilie)

Sacrification des pâtons

JPEG - 208.9 ko
Un officiel au four de l’Hermitage
M. Locquet fait connaissance avec M. Stein, conseiller municipal. (Crédits JFD)
JPEG - 163.9 ko
Ils ont reconstitué une demeure troglodytique
Cette année, M. McIver, tourneur sur bois et Mme Vertueux, designer ont meublé la demeure troglodytique rue du Chateau Belger (Crédits JFD)
JPEG - 204.1 ko
Les Journées sont devenu une tradition
Les époux Albanese discutent avec M. Stein, conseiller municipal

Les courgettes partent comme des petits-pains !

Après les coings vite empotés en confitures, Mme Malherbe avait encore des courgettes à donner au quartier. Entre deux fournées, M. Locquet les a vu partir comme des petits pains. Non que le four de l’Hermitage soit devenu "drive" comme les entrepôts des grandes surfaces. Mais il a montré qu’il écoulait avec bonheur le surplus de la production des potes- âgés.

JPEG - 122.9 ko
Le pain de l’Hermitage ou du patrimoine
Le pain de l’Hermitage cuit dans un four début XIXème (Crédits Séverine LILIE, photographe)

Préparation de la pizza

JPEG - 224 ko
Préparation de la pizza du dimanche
Chaque bénévole apporte les ingrédients pour la pizza de fin de manifestation (Crédits JFD)
JPEG - 174.3 ko
Du Ginglet pour la pizza
Pour la pizza du dimanche soir, un peu de Ginglet (blanc et rouge) était offert à la dégustation (Crédits JFD)
JPEG - 159.5 ko
Le Ginglet s’invite aux Journées du Patrimoine
Cultivé à l’Hermitage jusqu’à la fin du XIXème siècle, le Ginglet (rouge et blanc) est offert à la dégustation avec une part de pizza.
JPEG - 238.1 ko
Deux pizzas sorties du four
On garde des parts de pizza pour les invité(e)s (Crédits JFD)
JPEG - 237.2 ko
La pizza du dimanche soir
Une occasion de rencontrer les voisins du quartier (Crédits JFD)

 [21]

Notes

[1] Chanson enfantine qu’on ne manquait pas de fredonner en allant chercher l’eau potable à la pompe devant le 13bis rue du Haut-de-l’Hermitage - d’autre fois, c’était "la mère michèle qui avait perdu son chat"

[2] Pour les chauffes intermédiaires, les bûches doivent être de plus petite taille que celles réservées à la montée en température du four proprement dite

[3] Que la Commune Libre de Saint Martin soit ici remerciée de nous avoir vendu 6 bouteilles de Ginglet 2 de vin rouge et 4 de vin blanc ainsi que fourni les sarments pour parfumer le bois fourni par la ville.

[4] Dans le pré-argumentaire de Décembre 2013 (voir pièce-jointe), les maisons troglodytes (troglodytiques) sont citées au titre des "sites insolites". Le titre même du document " Patrimoine culturel - Patrimoine naturel " ainsi que l’affiche portant cette mention pourrait faire allusion à la remise en cause par l’anthropologue Ph Descola, ancien éleve de C. Levi-Strauss, de cette distinction entre "nature" et " culture". Dans son ouvrage paru aux Editions Gallimard "Par delà nature et culture" en 2005 Ph Descola cherche à remettre en cause les schémas ethnocentriques imposés par la culture occidentale

[5] Les troglodytes sont également des oiseaux : autrefois confondu avec le roitelet huppé, probablement à cause de sa taille, le troglodyte mignon tient son nom de son habitude à fréquenter les cavités. Le "Pan troglodyte" est également le nom savant du Chimpanzé commun. Ces trois sens du terme "troglodyte" - du grec τρωγλοδύτης, de τρώγλη (caverne) et δύειν (pénétrer dans, plonger) - conviennent parfaitement à la situation des ouvriers agricoles habitant l’Hermitage et observés comme des "oiseaux rares" par la bourgeoisie parisienne du XIXème siècle.

[6] J’en veux pour preuve la présence d’un service d’éthnologie au Conseil Général du Val d’Oise alors que traditionnellement les ethnologues sont employés hors du territoire national

[7] Ces guides qui m’ont été indiqués il y a plusieurs années par M. Poirier, alors archéologue de la Ville de Pontoise, ne font pas partie du fond des Archives Départementales du Val d’Oise, mais, promesse de Mme Delinge, documentaliste, ils devaient être mis à disposition en salle de lecture en raison même du thème des Journées Européennes du Patrimoine. Je les consulterais volontiers une fois hors événements tant les documents écrits sur l’Hermitage sont rares.

[8] Les machines électroniques de traitement du signal nous ont habitué à considérer le papier comme une mémoire (exactement comme les mémoires électroniques), support sur lequel viennent se fixer des organisations signifiantes produites par des êtres humains. Si ces humains ne savent ni lire ni écrire sur du papier, ils se parlent néanmoins et échangent des objets entre eux. Ces derniers alors peuvent être considérés comme des "mémoires" au même titre que le papier ou le support électronique, à la différence près que pour être lus, ces objets-parlant ont besoin d’être parlés par des humains capables de restituer les organisations signifiantes liées à l’objet.

[9] L’adresse de Mme Schmidt ainsi que la date de son déménagement en 1955 est confirmée par les entretiens avec M. René Perrin de 2010 et suivants

[10] Dans un entretien du 11 décembre 2013, M. Lionel Villeneuve, garçon boucher en 1964 raconte comment il livrait souvent de la viande aux époux Mercier, personnes déjà agés habitant une seule pièce troglodytique. Il livrait ensuite des clients plus haut dans l’Hermitage et, en redescendant, mettait du charbon dans leur poël

[11] Ont participé à la causerie du 18 Sept de 10 h à 12 h au 26 r A Le Moine sur les troglodytes et le troglodytisme Frabrice Dassé, Jean-francois Doucet, Sylviane Lefevre, Marion Loubriat, Jean-Gabriel Pannet

[12] De fait, les demandes de messes de requiem sont rarissimes dans les Rentes du Carmel présentées lors de la causerie.

[13] Lors d’un entretien avec M. René Perrin, en automne 2010, la parcelle de Mme Schmidt a été localisée au 34 rue de la Cote des Lézards. On ignore si elle en était propriétaire, locataire ou usagère comme employée de maison

[14] Il était de coutume, par exemple, lorsqu’un voisin arrivait à l’heure du repas, même en période de disette, de mettre une assiette pour partager le peu de nourriture disponible

[15] La présence d’un puisard n’a pas été constatée pour les Journées du Patrimoine mais une installation de récupération des eaux de pluie laisse penser que la demeure de Mme Schmidt en était équipée

[16] A ce sujet, il convient de dissiper tous les malentendus : si Mme Schmidt et les nombreux troglodytes de la région pouvait être catalogués "paléo-prolétariat" son équivalent allemand "Lumpenprolétariat" ne convient pas pour la traduire. Car le très francais "prolétariat en haillons " avait quand même des vêtements de travail suffisant sa vie durant. Ses haillons, s’ils faisaient partie de sa garderobe, n’ont pas laissé de traces, au dire des gens qui l’ont connue.

[17] une lampe-tempète de type "Luciole" était également exposée

[18] mode d’éclairage fréquent dans les carrières et, pourvue d’un manche, dans les champigionnières

[19] On le sait, JG Pannet et D. Arcival, Ph Doucet tous trois bénévoles se sont fait la main en remettant en marche le four de l’Hermitage. L’expérience acquise leur a permis de se lancer dans la restauration du four du 26.

[20] en suédois "Kryddpeppar"

[21]

Liste des Participants aux Journées Européennes 2013 du Patrimoine au four de l’Hermitage
- Bénévoles (par ordre alphabétique)

About, C

About, F

Albanese, L & M (logistique)

Arcival, D (préchauffe, et entretien du four)

Barillon, D (Pâtisserie)

Clair, J-P (Boulangerie)

Dahlgren, Bo (Logistique)

Deweale, J (Président de l’Association Hermitage-Pissarro)

Doucet, E

Doucet, F

Doucet, JF (préchauffe & Logistique)

Doucet, Ph (logistique)

Doucet-Dahlgren, A-M, (logistique)

Faregna, M (Secrétaire de l’Association Hermitage-Pissarro)

Herin, H & C & Cécile (Logistique)

Locquet, B (Boulangerie)

McIver, J (Tourneur sur bois)

Molinier, Y (Photographie)

Pannet, J-G (préchauffe & entretien du four)

Vertueux, G (exposant meubles en carton)

Participant(e)s à la causerie du 18 Septembre 2014 à 10:00 pendant la montée en température du four :

F. Dassé, JF Doucet, JF Gontran, B Lefevre-Vuthavadu, M Loubriat, JG Pannet,

Visiteurs (par ordre alphabétique)

Plusieurs centaines de visiteurs ont dégusté le 20 et 21 septembre 2014 le pain de l’Hermitage alors que 100 personnes ont visité la demeure troglodytique de la rue du Chateau-Belger et de la Maison rouge. Le dimanche soir, des pizzas, cuites par la chaleur résiduelle du four ont été servies aux quelques 20 invités . Parmi les visiteurs, citons (par ordre alphabétique) :

Stein, P Maire-adjoint.

Remerciements

à la Boulangerie EL’O rue A Le Moine pour la pâte et la levure des 2 Journées et au Syndicat patronal de la boulangerie- pâtisserie du Val d’Oise pour le matériel et ses compétences.

Au Service culturel de la Mairie de Pontoise (Mme A-F Callandreau) Mme S. Lefevre, guide-conférencière.

A la Gazette du Val d’Oise (M. J. Ducouret)

VoNews (Télévision régionale) : M. Ph Paymal

Remerciements à tous ceux qui ont apporté leur concours à la préparation de cet évènement.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0