La maison du four à pain
Accueil du site > Dans le quartier de l’Hermitage > Deux jours, pour une bouchée de pain !

Deux jours, pour une bouchée de pain !

lundi 19 octobre 2009, par Jean-francois Doucet

Cliquez sur une image pour l’agrandir ou, en bas à gauche de l’image agrandie, pour le diaporama

Curieusement ignoré

Curieusement, nombres de passants, avant même les Journées du Patrimoine, n’avaient pas même remarqué le four de l’Hermitage. La fumée des essais, toutefois, avant les premières cuissons les menait par le bout du nez vers un trésor jusque là dérobé à leurs yeux.

JPEG - 289.5 ko
Les premières chauffes
La fumée attire l’attention de passants. (Photo - JF Doucet)

Depuis l’aménagement du parking, le four est cependant ouvert un peu à tous les vents, en particulier au public. Sans doute sa position tapie sous la roche est-elle pour quelque chose à cet oubli. Son origine également le dissimule à l’attention des passants. Il est un des vestiges d’une activité viti-vinicole florissante de l’Hermitage qui a cessé il y a 1 siècle environ avec les ravages du phyloxéra sur la vigne du hameau ainsi que le transport peu coûteux des vins du languedoc vers la région parisienne. Pour un habitant de l’Hermitage du XXIème siècle, le pain se fabrique chez le boulanger ou au pire se vend dans les supermarchés. Que les fours soient en usage depuis des millénaires apparait dans les livres d’histoire. Mais qu’un four ait pu servir, il n’y a pas si longtemps, à des habitants du quartier demande un effort de reconstruction.

JPEG - 194.1 ko
La chauffe du 16 septembre
Dès le mercredi, le four est montée progressivement en température (200-300 C)(photo-JF Doucet)

Peut-être cet exercice de mémoire est-il facilité par la préparation du four pour le remettre en usage : à ceux qui courent chaque matin prendre le train vers Paris, le four oppose un temps bien plus lent. Pour le faire monter en température et en chasser progressivement l’humidité, pas moins de 3 jours seront nécessaires. Et ce rythme est probablement celui auquel le four était soumis. Le type de pain produit en était la conséquence : la longue préparation faisait d’une fournée un point d’aboutissement. Il se cuisait pour quelques jours. Comparé à nos baguettes dont la dégustation est confinée à la journée, ce pain, cuit très souvent en boule, fait figure de nourriture rustique. Et le goût ? Qu’advient-il du goùt du boule de pain cuit au feu de bois, le romantisme de l’opération mis à part ?

JPEG - 256.6 ko
Le four prêt à l’emploi
Arbustes et interdiction de stationner préparent le four à l’emploi. (Photo - JF Doucet)

Le temps d’expliquer

En fait, pendant ces chauffes de montée en température du four, les visiteurs ont pu se rendre compte d’une erreur très fréquente : le feu n’est pas allumé dans la partie inférieure du four - appelée cendrier. Le bois est, au contraire brûlé sous la voute à même la sole.

JPEG - 309.7 ko
Le bois brule sous la voute
La partie inférieure du four, appelée "Cendrier", recueille les résidus de combustion. (Photo - JF Doucet )

Sur certains fours, d’ailleurs, un trou est pratiqué à cet effet sur le devant de la sole. Les braises et les cendres y sont déversées dans le cendrier. Avant la ruée vers le pain cuit pour les Journées du Patrimoine, des visiteurs comme Alain, Séphora et Fabrice s’interrogent devant le four !

JPEG - 357 ko
Fabrice, Sephora et Alain
Le four attire l’attention et excite la curiosité

Même les cyclistes du Val d’Oise descendent de leur vélo pour interroger le four !

JPEG - 271.7 ko
Les cyclistes descendent de leurs vélos
Passant par là, les cyclistes du Val d’Oise se sont intéressé au four de l’Hermitage. (Photo - JF Doucet)

Dans une économie agricole également, ces braises recueillies pouvaient être réutilisées (ou vendues) comme charbon de bois. Pour dire que la cuisson du pain dans le four de l’Hermitage ne se déroulait pas dans l’opulence actuelle où les soucis de l’environnement se posent à grande échelle.

JPEG - 810.8 ko
Le facteur descendu de sa vespa
Le facteur de l’Hermitage prend le temps de visiter le four. (Photo - JF Doucet)

A cette époque, le facteur - signe des temps - n’était pas motorisé mais sa tournée était tout aussi légendaire que celle du préposé actuel. Son intérêt pour le four l’autorise à descendre de sa vespa pour poser quelques questions. En fait, il fait comme beaucoup : il s’enquiert de la cuisson du pain. D’autres vont plus loin, qui allume le petit bois comme les enfants ou mettent leur propre buche Mettre du bois dans le four est un jeu {JPEG}. La préparation des Journées du Patrimoine est alors l’occasion pour quelques familles de rappeler le passé du quartier !

JPEG - 210.9 ko
Une famille du Quartier
Avant les fournées, une famille s’informe de la fabrication du pain. (Photo - JF Doucet)

Ils voient à l’ouvrage les copies modernes des outils anciens comme le rouable ou l’écouvillon.

JPEG - 333.1 ko
Nettoyage des braises au rouable
L’usage des outils anciens est montré aux curieux de ce qui se passe dans leur four. (Photo - JF Doucet)

Sous leurs yeux, les braises, une fois consummées s’évacuent à l’aide du rouable dans un petit charriot prévu à cet effet. On remarquera à gauche le balais dont le manche a été monté perpendiculairement au support de la brosse.

JPEG - 326.5 ko
Ancille et Gaby
Visite d’Ancille au four de l’Hermitage. (Photo - JF Doucet)

Pour assurer un plein succès aux Journées du Patrimoine, Mme Callandreau vérifie avec ses stagiaires que le four de l’Hermitage est bien indiqué dans les rue de la ville.

JPEG - 299.3 ko
Signalisation des Services de la Mairie
Mme Callandreau et ses stagiaires vérifient la signalisation du four de l’Hermitage

Avant le samedi, une dernière chauffe à la nuit tombante laisse le four sans visiteurs.

JPEG - 440.3 ko
Avant la cuisson, une chauffe de nuit
Sans témoins, le four est chauffé le vendredi avant la cuisson du pain proprement dite. (Photo - JF Doucet)

Samedi 19 septembre : cuisson et dégustation

Dès 7 heures, une boulangerie prend place et s’installe.

JPEG - 318.5 ko
Le boulanger sous le parasol
Le parasol protège la pâte des ardeurs du soleil. (Photo - JF Doucet)
JPEG - 309.4 ko
La pesée des pâtons
Les pâtons sont soigneusement pesés à la balance Roberval(photo Ph Glorieux)

La première fournée peut être dégustée en début d’après midi.

JPEG - 261.4 ko
La première fournée offert à la dégustation
Après le temps de resuage, le pain peut être dégusté. (Photo - JF Doucet)
JPEG - 389.3 ko
Un sourire et un pain
Un pain du quartier contenant un peu de son histoire. (Photo - JF Doucet)

Simple curiosité, les passants s’interrogent sur ce qui se cuit à deux pas.

Un jeune couple de passage {JPEG}

Des jeunes intéressées par la cuisson du pain posent leurs questions au boulanger.

JPEG - 173.4 ko
Des questions se posent
Des jeunes intéressées posent leurs questions au boulanger. (Photo - JF Doucet)

Un jeune pâtissier de l’Hermitage en recherche d’emploi prend même contact avec Mr Clair ! Pour un peu, le four de l`Hermitage fait office d’ANPE !

JPEG - 378.4 ko
Un pâtissier et un boulanger
Un jeune pâtissier prend contact avec un boulanger chevronné

Au moment crucial, les regards se tendent vers la pelle du boulanger.

JPEG - 316.1 ko
Le pain devant soi
Les regards se tendent au moment crucial. (Photo - JF Doucet )

Près des dernières bûches, une pizza est glissée dans le four pour terminer la journée en beauté sans gâcher le moindre reste de chaleur.

JPEG - 386.8 ko
Brigitte et Régine
Céramistes, deux amies curieuses d’une autre sorte de four. (Photo - JF Doucet)
JPEG - 380.1 ko
Une pizza pour terminer
Après le pain, une pizza est glissée près des dernières bûches. (Photo - JF Doucet)

Dimanche 20 Septembre

C’est au tour des enfants de profiter de l’occasion :

Au tour des enfants de déguster {JPEG}

Pendant que les moins jeunes jettent un oeil sur le four.

JPEG - 261.7 ko
Mr Perrin vient voir aussi
Mr Perrin est la mémoire vivante de l’Hermitage. (Photo - JF Doucet)
JPEG - 395 ko
Les Thirriet et L. Albanese
Mr Thirriet aurait connu les derniers habitants troglodytes.
JPEG - 180.8 ko
Du pain pour tout le monde
Une tartine est offert aux petits comme aux grands. (Photo - JF Doucet)

Les amateurs de pain se pressent en foule jusques et y compris un caméraman de la télévision VOnews.

JPEG - 188.9 ko
Affluence pour une bouchée de pain
L’odeur du pain cuit attire une foule nombreuse. (Photo - JF Doucet)
JPEG - 382.2 ko
La télevision locale
Un caméraman de la télévision VOnews s’intéresse à l’événement (photo Ph Glorieux)

Même les responsables de la ville de Pontoise viennent gouter le pain de l Hermitage ! Mr Seimbille [1] et sa femme :

JPEG - 363.2 ko
Mr Seinbille et sa femme
Les responsables de la ville de Pontoise viennent également gouter. (Photo - JF Doucet)

Mr Morcello [2] avant de visiter la Maison du Four à pain déguste une tranche offert par Mme Alabanese.

JPEG - 192.5 ko
Mr Morcello visite le four
Mme Albanese offre une tranche à Mr Morcello. (Photo - JF Doucet)

Mr Stein [3]

JPEG - 282.8 ko
Mr Stein et sa femme
Mr Stein vient gouter du pain cuit non loin de chez lui (Photo - JF Doucet)

Puis les participants se réunissent pour la pizza du dimanche soir.

JPEG - 179.4 ko
Jeunes et moins jeunes du quartier
Pour la pizza finale du dimanche. (Photo - JF Doucet)
JPEG - 306.9 ko
Pizza finale
Devant le four remis en marche, les participants dégustent une pizza. (Photo - JF Doucet)

Jusqu’à la nuit tombante les participants dégustent leur pizza autour de leur four désormais en état de marche.

JPEG - 230.4 ko
Pizza à la nuit tombante
Le quartier reste autour du four jusqu’à la nuit tombante. (Photo - JF Doucet)

Portfolio

Signalisation du site

Notes

[1] Adjoint au Maire de Pontoise

[2] Adjoint au Maire de Pontoise

[3] Adjoint au Maire de Pontoise

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0